Tous les articles par SofiNoëlle

Électron libre

Sur la jonque Cybèle

Quelle chance, hier en cette première magnifique journée de printemps,  j’ai eu l’opportunité de naviguer sur la jonque Cybèle avec l’asso les Voiles Auriques.

Après des années de déboires depuis sa construction en 1976, cette belle jonque asiatique a été remise à flot à la Rochelle en 2013,  la voilà maintenant à Sète pour notre plus grand plaisir.

Pour moi ces moments là sont du pur bonheur ! j’adore être sur l’eau, en plus naviguer sur un tel bateau si tranquille… Ah là là !

jonque Cybèle

La saison des pieds le retour, mais quel pied haha !

Coucou la bétaillère ! Qu’est-ce qu’on attend  là ? de pouvoir rentrer au port pour charger les bestiaux ?

Et tandis que je photographiais un voilier  au top de la technologie, nous étions photographiés à notre tour.

Deux univers qui se croisent et se saluent …

Un petit tour le long de la Corniche pour se faire admirer…

Le Théâtre de la mer …

Et nous voilà de retour au port après une belle balade en mer bien zen !! Bien sûr nous avons pique-niqué à bord … What a wonderful day !

Le pont de l’Ascension

Le voili, le voilou, le très attendu nouveau  pont Sadi Carnot a traversé les canaux de Sète  le jour de l’Ascension devant la foule en délire.

Moi j’ai attendu samedi pour aller le voir dans le calme.

Il est pas beau notre nouveau pont mobile ?

Construit en Italie l’ouvrage est arrivé à Sète par barge après avoir traversé la Méditerranée.

Vivement le 15 juillet que la circulation soit enfin rétablie !

Les résultats des élections européennes, sic !

Non mais sérieux, malgré le petit sursaut écologique, sont consternants ces résultats.  Les deux groupes leaders FN/LREM ont joué à la bataille et paf les électeurs se sont laissés embarquer dans cet enjeu franco-français comme si c’était les présidentielles sans penser Europe. Pfff rien ne change.

Franchement, j’ai du mal à comprendre que tant de personnes votent encore pour un parti extrémiste homophobe, raciste et sexiste qui va à l’encontre des droits des travailleurs, de l’égalité homme-femme ; pour un parti  qui a déjà un bilan particulièrement pauvre au parlement européen ; pour un parti qui vote en contradiction avec ce qu’il dit ; pour un parti qui est sous le coup de poursuites judiciaires pour « détournements de fonds publics » et « escroquerie en bande organisée », et j’en passe…

Mais enfin quoi, Comment peut-on encore voter pour un tel parti au point de le mettre en 1ère position ? Et LREM en second au coude à coude, avec une candidate lamentable, on n’en sortira donc jamais de notre merdier !  C’était bien la peine de manifester depuis décembre avec autant de blessés graves pour rester dans le même schéma politique dès la première élection qui se présente, même européenne !

Je ne comprends décidément pas mes compatriotes.

Peut-être que s’il y avait beaucoup moins d’abstentions, le paysage politique serait différent. Non ?
Triste tout ça, bien triste …

De plus jusqu’au bout ces élections étaient faussées.
Vous croyez vraiment que tout le monde a un PC chez soi pour consulter en ligne les professions de foi qui manquaient dans les enveloppes Kraft reçues à la maison ? Ça représente une vingtaine de listes quand même !
Et vous croyez vraiment que tout le monde a une imprimante chez soi pour imprimer le bulletin du parti pour lequel il veut voter, en suivant en plus des consignes d’impression particulièrement strictes  ?

Ben non ! Déjà rien que mes voisins, en haut, en bas, n’ont pas le matériel qu’il faut, et moi mon imprimante est en fin de vie.

Résultat, out les listes pour lesquelles les bulletins manquaient dans les bureaux de vote. La plupart des électeurs a du se rabattre sur les gros partis faute de pouvoir faire autrement.

Non vraiment c’était n’importe quoi ces élections européennes.
Bref on continue dans le même sens, à faire avancer la bête immonde, sic !

Le Bruit des bottes

Ne les entends-tu pas
Bruyantes comme le tonnerre
Marcher au pas de l’oie
Écraser les frontières
Et défoncer les portes
De leurs semelles cloutées
Prétextant la défense
Des droits et libertés

N’entends-tu pas
Le vent qui porte
Le bruit des bottes

Elles sont là des millions
Qui n’attendent qu’à résonner
Reste qu’à trouver les pieds
Qui voudront les chausser
La haine est partout
Alors ils font la queue
Pour un peu de pouvoir
Et une paire bien à eux

N’entends-tu pas
Le vent qui porte
Le bruit des bottes

Qu’ils pourront user
Dans le pays de leur choix
Rassurer par leurs chefs
Qu’ils sont bien dans le droit
Au nom de la liberté
Ils iront imposer
Au reste de la planète
Une façon de marcher

N’entends-tu pas
Le vent qui porte
Le bruit des bottes

Elles sont là des millions
Qui n’attendent qu’à résonner
Reste qu’à trouver les pieds
Qui voudront les chausser

Yann Perreau

Le tour de quartier du jeudi

Tous les jeudis j’ai piscine, et tous le jeudis après la pistoche je  fais le le grand  tour du quartier pour rentrer.

Direction le marché de producteurs. c’est la période des cerises et des asperges  …

Ensuite descendre vers la plage du Lazaret pour admirer la vue.  je ne m’en lasse pas !  Fait chaud, fait beau, la température de l’eau monte, ça devient bon !

Continuer vers la plage de la Corniche pour voir l’avancée des travaux …

Et c’est là que…

Au dessus de la plage, route pas terminée, parking pas fini, nouvelle passerelle pas commencée…  Ouais bof, y a encore du boulot ! En réalité ça n’a pas beaucoup avancé depuis mars. Il a fallu 2 mois quand même pour finir un petit tronçon de route ! Pas cool pour les restau. du coin.

Et ensuite remonter chez moi.

Que j’apprécie ma nouvelle vie !

Fait / Pas fait … et toi ?

Ah ben il y avait longtemps qu’on n’avait pas fait de chaines bloguesques comme ça.  La dernière c’était le questionnaire de Proust, ça date !  Alors aujourd’hui  le petit jeu  « fait / pas fait » via le blog de l’ami Gilsoub je prends rien que pour le fun.

Pour la comprenette faut juste dire si on a déjà fait ou pas les différents points proposés. Allez hop c’est parti !

Mariage :  Oui, mariée 2 fois et divorcée  2 fois.  ça date des années 70/80, bref une autre vie. Depuis j’apprécie mon célibat.

Tatouages : Oui, 2. Une salamandre sur le mollet …

MINOLTA DIGITAL CAMERAet une fleur de mûrier sur l’avant bras qui date de l’année dernière pour marquer ma renaissance.

J’envisage d’en faire un troisième pour masquer une cicatrice, voir un quatrième avec l’inscription « électron libre ».  Me reste à trouver le tatoueur qui a un style qui me convienne.

Piercing : Non pas mon truc. Les oreilles percées ça me suffit largement.

Opérations : Houlà oui plein !!! En vrac, bras droit, main droite, bidon plusieurs fois, j’ai même failli crever… genou gauche plusieurs fois, cheville droite, … heu j’en oublie. Bref je suis « couturée » de partout ! lol

Enfants : Oui, 2. Le choix du roi, un garçon, une fille.

Tiré avec une arme à feu : Oui à la fête foraine je ne sais plus où,  et au  ball-trap.

Laché un travail : oh que  oui ! entre les boîtes qui ont clapoté, les boîtes qui m’ont débauchée,  celle que j’ai du quitter pour cause de harcèlement, les missons, les CDD, … ça fait pas mal de jobs que j’ai du lâcher tout ça !  D’ailleurs ça n’a pas été de la tarte de pointer tous ces boulots au moment de la mise en place de mon dossier retraite !

Pris l’avion :  Oui, plein de fois. J’adore les aéroports, prendre l’avion, la vue du ciel… C’est le début d’une nouvelle aventure. La dernière fois c’était pour aller au Vietnam.

Carnon vu du ciel
Carnon vue du ciel

Un coup de foudre : Pour des lieux surtout ! Je reste plantée, la bouche ouverte, les yeux écarquillés, émerveillée, le coeur prêt à exploser.  Santorin, par exemple, m’a fait cet effet là.

santorin-1

santorin-2

Recalée à l’école : Non, je n’ai jamais redoublé bien que j’étais très très moyenne. Je détestais l’école, c’était un vrai supplice, mais je suis toujours passée juste. Pour les études supérieures, informatique, mines multimédia,  j’étais dans les meilleures par contre.

Fait un tour dans l’ambulance : Pas eu le temps de l’attendre. Heureusement il y avait un hôpital à côté de chez moi. C’est la fois où j’ai failli crever.

Ah et puis si 2 fois, j’ai failli oublier, pour  m’emmener d’un hôpital à un centre de rééducation.

Chanté au Karaoké : heu oui, 2, 3 fois mais c’est une catastrophe, je chante horriblement faux. Dans une seconde vie peut-être, j’aimerais avoir quelques dons de ce côté là. Hinhin !

Animal de compagnie : ah oui bien sûr. Il y en a eu plusieurs, et 4 qui ont marqué ma vie.
Caroline mon cochon d’inde qui m’a accompagnée partout de la fac jusqu’à mon premier bébé. Elle a bien vécu 5 ans.
Ensuite Duduche, une chatte écaille de tortue qui a vu naître mes 2 enfants et qui a vécu 18 ans.
Puis il y a eu Attila, Mon compagnon de route pendant 17 ans.

AttilaEt maintenant Shiva, un chat adulte abandonné que j’ai recueilli il y a un  1 an et qui ma foi à l’air très heureux  dans son nouveau foyer.

Skié : Oh que oui ! j’adorais ça et j’étais très bonne en plus. Je skiais qu’avec des mecs quand j’étais jeune, et notamment avec les frères Prüfer.  Michaël a été médaillé olympique de ski de vitesse en 92.
Malheureusement les déménagements, la santé, les moyens etc. ont fait que je n’ai plus eu l’occasion de skier depuis 95. sic !

Escalade : Non ! Jamais eu l’occasion d’essayer…

Campé : Oui plein de fois !  Dans un camping  dans les Cévennes,

20140621_104855_Android

en camping sauvage au bord de l’Hérault, à  la plage,  comme à Piémenson…   Ma petite tente Quechua, et hop !

Fait de la moto : Oui mais en passagère. Avec le recul, j’en ai des frissons. Suis montée derrière des tarés. J’étais dingue !  Avec un pote on a même fait l’aller retour Paris / Savoie dans le WE en novembre sous la pluie. Il faisait un froid de canard et je tombais de fatigue. A l’arrivée on a glissé  sur le côté.  Pas de mal, on n’a rien heurté heureusement et la combi nous a protégé, mais pfff sacrée glissade. Brrr jamais plus !

Monté à cheval : Oui quand j’étais ado  en Italie, en Angleterre, en Savoie, et j’aimais bien.  J’ai même monté … un dromadaire haha !

Ceci dit jamais re eu l’occasion.

Nagé tout nu :  Plein de fois 🙂 A la mer, à la piscine, de nuit, de jour, et la plage des culsnuls aux Aresquiers c’est le pied !

Tenu des serpents dans la main : Argh, j’ai la phobie de ces bêtes là ! ça m’est arrivé une fois quand j’étais toute petite. En voulant cueillir une fleur dans un bois une couleuvre m’a glissé dans la main… Horreur !

Bu une chope de bière 1L  :  1 l non, mais des demis, des pintes oui.

Monté dans une voiture de police : Ha ha oui ! Mais ce n’est pas pour ce que vous croyez. Mantes la Ville, fin de service, les gars, des potes (bah oui et alors) m’ont raccompagnée chez moi, pour m’éviter de faire le chemin à pieds.

Visité Paris : Plein de fois ado, ma mère et mon beau-père y vivaient et j’y allais une fois par an. Et puis il y a eu la fac aussi 1 an 1/2, et j’y ai vécu 5 ans quand mes enfants étaient bébés mais là on n’avait pas trop le temps de visiter.

Monté sur un volcan : Quand j’étais môme sur l’Etna il parait,  mais je ne me souviens pas.

Poursuivi par les gendarmes : Mais oui,  de nuit et ils ne m’ont pas rattrapée. Me suis faufilée dans un parking après un virage, j’ai arrêté moteur et coupé les phares, et eux ont continué leur route…. Voyoute va ! lol

Piloté un avion : Non.

Déjà drogué ? Fumé un joint, oui  exceptionnellement car j’ai toujours détesté ça. J’aime pas le goût, j’aime pas l’odeur, j’aime pas ce que ça fait. Je préfère boire un verre de bon vin !

Déjà battu ?  Oui j’ai été battue. Une longue partie de ma vie que je préfère oublier.
Et à l’école primaire me suis battue avec les garçons, je ne sais plus pourquoi. On a été puni, à genoux au milieu de la cour les mains sur la tête.

Déjà fait semblant de bosser au travail ? Depuis que je suis à la retraite j’ai zappé ma vie professionnelle de ma mémoire. Peut-être, me souviens pas.

Déjà volé ? En parapente, j’ai adoré.  🙂

Déjà eu envie d’arrêter ce blog ? Oui, j’ai eu des périodes sans, mais il résiste depuis plus de 14 ans le bougre !

Voilà, voilà continue la chaîne qui veut.

« Tu vas trouver quelqu’un bientôt c’est sûr »

-« Ah mais t’es bien jolie aujourd’hui,  toute belle, les ongles   faits, tu vas trouver quelqu’un bientôt c’est sûr !!!  »

-« Ah mais non, non et non ! je ne veux pas trouver quelqu’un ! » rétorquai-je avec virulence.

– « Mais si, tu vas trouver! »

-« Mais non, je ne veux pas trouver ! Je ne cherche pas, je suis très bien toute seule. Je fais ce que je veux, quand je veux.  Je fréquente qui je veux. Je me barre quand je veux des endroits qui ne me plaisent pas. Je mange quand je veux.  Je glande si j’ai envie. Pas de concession à faire. Des années que je m’assume très bien toute seule. Pas besoin de « quelqu’un » dans mes pattes pour ça, et surtout pas un mec ! Je tiens à ma qualité de vie nanmého !

Et surtout redevenir l’esclave d’un mec, surement pas !

Ah là là là là ! C’est dingue ça cette manie de toujours vouloir accoupler les personnes seules, et de penser qu’une personne seule cherche forcément « l’âme sœur ».

Moi je ne cherche rien ! Je vis seule et alors ! Ce n’est pas une situation désastreuse que je sache.  ça fait des décennies que je gère tout toute seule, et j’ai toujours rebondi de façon positive aux situations les plus critiques.

Certes j’ai parfois eu de gros coups de blues , voir même des périodes de grosse  dépression à cause de cette solitude. Mais  c’était surtout du à un cumul d’événements difficiles à gérer en même temps, à une grosse carence affective, au chômage, à l’isolement, et aussi  à une certaine mise à l’écart familiale. Avec le temps, les ondes toxiques éliminées, j’ai surmonté tout ça, même les envies d’en finir.  De toute façon ça n’a rien à voir avec le fait d’être en couple ou pas.

Aujourd’hui je ne suis plus dépendante affective, je me suis endurcie,  et je me fiche de ne pas être soutenue. Mon environnement est sain et j’avance à mon rythme.  Je ne trouve d’ailleurs que des avantages à mon célibat et je ne vois pas pourquoi je limiterais ma liberté en partageant ma vie avec quelqu’un.

En plus étant maintenant à la retraite, j’ai le luxe de pouvoir tout faire à ma façon, quand bon me semble.  Et je n’ai que les contraintes que je m’impose. Elle n’est pas belle la vie ?

J’ai des activités associatives, sportives, amicales, culturelles.
A chaque changement de situation, je m’adapte. D’ailleurs les déménagements ne me font pas peur. Le dernier à Sète est un choix purement personnel, et surtout en fonction de mon budget. Mon home sweet home est  à mon image, plein de couleurs, de plantes et de lumière. Je m’y sens terriblement bien !

J’ai peu d’amis mais ils sont de qualité. J’écoute, je découvre, j’évolue. J’ai appris à dire non à ce qui ne m’intéresse pas,  à ne plus m’imposer des situations qui me dépriment, à m’éloigner des personnes toxiques qui me font du mal.  Je reçois qui je veux,  et je me ressource seule chez moi tranquillou chaque fois que j’en ressens le besoin, c’est à dire souvent.

Et le sexe  ? me demanderiez-vous. Et bien ça ne manque pas.  L’absence totale de toute activité sexuelle depuis des lustres m’a enlevé tout désir/besoin. Je ne suis donc pas ouverte aux rencontres pour ça. Qu’on me laisse tranquille.

Alors ne me dites pas « Tu vas trouver quelqu’un bientôt c’est sûr. »  Je ne cherche rien, je ne cherche personne, je vis  ma vie comme elle vient, avec ses hauts et ses bas, tel un électron libre appréciant chaque instant agréable qui se présente. Et ça me convient très bien comme ça, merci !

Kinshasa au jour le jour …

Début avril je suis allée voir une très belle expo au MIAM de Sète, « Kinshasa Chroniques ».

La capitale du Congo y est présentée de l’intérieur par les 70 jeunes artistes sélectionnés. On y découvre la ville au jour le jour, au gré des rues, au travers de photos, videos, peintures, Bds … , telle que cette jeune génération la vit au quotidien, l’imagine et l’espère.

L’expo s’articule autour  de différentes chroniques comme…

« la ville sport »,

Kinshasa, La ville sport

Kinshasa, la ville sport

La « ville paraître »

avec ses rois de la sape,

Kinshasa, sape

La « ville débrouille »,

La « ville performance », l’exhibition du corps !

 

La « ville future » et ses étranges robots plantés au milieu des rues en travaux,

La « ville esprit »,

la « ville mémoire »,

La « ville capitaliste » tout en contraste…

J’ai beaucoup aimé la série de photos représentant une voyageuse imaginaire dans un wagon abandonné réalisée avec un retardateur par  Gosette Lubondo.

Les peintures aussi ..

Vraiment magnifique, intéressant, et instructif !  il faut que j’y retourne, j’ai loupé plein de trucs, notamment les vidéos que je n’ai pas eu le temps de visionner.

L’exposition est prolongée jusqu’au 2 juin 2019.

Le calme après la tempête

Quelle belle journée que celle d’aujourd’hui ! Après le gros coup de mer de ces derniers jours, le vent a tourné, la mer s’est calmée et a repris sa place oscillant entre le turquoise et le bleu marine.

Plage de la Baleine

La plage devant le cabanon détruit par les vagues ces derniers jours réapparaît doucement. Quel contraste !

Le cabanon de la plage

Du coup, avec une amie, nous avons pu marcher plus loin, dans l’eau, sur le sable, jusqu’à « la Parenthèse » cette fois…

La Parenthèse
La Parenthèse

Au retour nous avons poussé  jusqu’à  la Corniche en passant par le Lazaret.

Plage du Lazaret

Une belle marche de 11 km , une première pour moi. Je suis très  fière de mes progrès. 🙂

La mer gronde, les paillotes tremblent #Sète

Depuis le début de la semaine on subit un sacré gros coup de mer.  Le vent sud sud-ouest souffle très fort ; la mer gonfle et gronde  ;  les vagues tabassent avalant la plage chaque jour un  peu plus ; des milliers de vélelles s’échouent  ; et les paillotes tremblent.

Lundi j’ai fait une longue marche sur le sable jusqu’à ne plus pouvoir  à cause de l’avancée de la mer. Les Quilles, plage du Lido, plage de la baleine…  Plus j’avançais plus la plage rétrécissait. Arrivée au « Cabanon de la plage » , les vagues léchaient carrément les fondations de la paillote coupant le passage. ce qui  ne laissait présager rien de bon pour les heures à venir.

En effet dans la nuit le cabanon a pris l’eau.  Les proprios ont du démonter. Triste, il n’aura tenu que 3 jours d’ouverture. 😦

Aujourd’hui malgré un fort vent de force 7, j’ai poussé de nouveau la balade jusque là pour voir où en était l’avancée de la mer.

Bon et bien cette fois Rip la plage et Rip le cabanon…

Côté plage du Lido, Les autres paillotes  résistent encore bien que les transats de « la Canopée » et de la paillote « Coté Mer » ont apparemment pris l’eau …

Pour le moment c’est encore « la Ola » qui s’en sort le mieux. Faut dire que c’est celle qui a le plus d’espace plage devant elle. Pour ce qui est de la structure,  la bâche du toit tremble mais tient bon.

Je suis donc vite allée m’y réfugiée pour reprendre des forces avant de rentrer tant les rafales de vent et de sable m’empêchaient de marcher droit.  De chez moi, ça me fait quand même une belle balade de 6 km, et en pleine tempête ce n’est pas si facile… Mais j’aime bien affronter ce temps en solitaire.

En tous les cas ce n’est pas le moment de mettre ne serait-ce qu’un doigt de pied dans l’eau, sous peine de se faire emporter illico tant le courant est dangereux.