Archives pour la catégorie Mes réactions de citoyenne

Mes réactions de citoyenne sur la vie, l’actu, les médias, la politique …

A propos de traverser la rue en vain, écrivons à l’Elysée #macronie

« L’Élysée a aidé le jeune chômeur sermonné par Macron à trouver un emploi » titrent les médias.

Puisque rien ne peut être refusé à l’Elysée quand l’Élysée sollicite les employeurs, et que nous sommes quand même  7 millions de chômeurs en France toutes catégories confondues, merci à ma copine conseillère chez Pôle emploi de m’avoir rappelé le chiffre, je suggère donc à tous les chômeurs/ses d’envoyer directement une missive à notre cher président plutôt qu’une lettre de motivation aux employeurs.

Monsieur le Président de la République

j’ai traversé des rues encore et encore pendant plus de 3 ans et les employeurs ont toujours refusé ma candidature en raison de mon âge, de mon trop ou pas assez d’expérience, de mon usure physique, peux pas porter… de mes diplômes, jamais les bons…

Pourriez-vous m’aider à trouver cet emploi que je cherche vainement avec le soutien de pôle emploi ?

Vous remerciant de votre bienveillance, veuillez trouver ci-joint ma lettre de motivation et mon CV.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes respectueuses salutations.

Ah mince c’est un peu tard, je devrais être à la retraite en novembre de cette année si mon dossier passe… (et non je ne sais pas où l’assurance retraite en est malgré mes relances !)

Du coup un  petit post-scriptum :

La Prime Transitoire de Solidarité n’étant plus attribuée  depuis le 31 décembre 2017 aux chômeurs en fin de droits de chômage et proches de la retraite, et bien qu’ils aient traversé un maximum de rues pour trouver un job, ceux-ci sont laissés au bord du caniveau  pendant des mois sans le minimum vital jusqu’à leur futur petite retraite.

Ils ont juste droit du jour au lendemain sans transition qu’à la « très généreuse » Allocation de Solidarité Spécifique de 16,48 € par jour .  Ce qui correspond, si vous avez la flemme de calculer, au pognon de dingue de 494,40 € pour 1 mois de 30 jours  pour « vivre ».

Comme vous pouvez le constater, cette somme est loin de couvrir les éléments indispensables à la survie. Et le moins qu’on puisse dire la chute est brutale entre la fin des indemnités de chômage calculées sur les derniers salaires  (ARE) et le début de cette allocation (ASS).

La punition de prendre de l’âge dans la vie active est sévère, très sévère  ! Là on ne parle même plus de seuil de la pauvreté tellement on est en dessous ! Et bien sûr on laisse les seniors (pas si vieux que ça) qui sont dans cette situation de chômage en fin de droits, mijoter, se battre seuls dans leur coin, piocher dans leurs malheureuses réserves s’ils ont la chance d’en avoir pour tenir le coup , et/ou s’endetter pour ne pas se retrouver à la rue !

Parce qu’en plus c’est la croix et la bannière pour obtenir la moindre aide complémentaire de la Caisse d’Allocations Familiales, comme une allocation logement  par exemple qui permettrait d’atteindre  un montant, certes encore insuffisant pour se nourrir, mais suffisant pour couvrir une partie des charges fixes . Des mois de bataille en échanges de courriers, d’envoies de justificatifs, et d’emails sont nécessaires, alors que nous sommes tous fichés et que les administrations connaissent parfaitement notre situation !

En passant, Monsieur le Président de la République, vous ne pourriez pas arranger ça, sans que ça vous coûte un pognon de dingue, merci !

Voici l’adresse postale

Monsieur le Président de la République
Palais de l’Elysée
55 rue du Faubourg Saint-Honoré
75008  Paris

 

Du tri pour la Gratiféria !

Après avoir vidé la maison de ma mère suite à son décès, et viré une grande partie de ses affaires irrécupérables à la déchetterie, j’ai commencé une période de tri chez moi. Je ne tiens pas à ce que mes enfants se retrouvent dans la même situation que moi si jamais il m’arrive quelque chose.  Le tri de la maison de ma mère a vraiment été difficile à vivre,  dont acte !

J’avais déjà fait du tri pour m’aérer l’esprit après m’être retrouvée au chômage en 2015, mais les années passants il reste encore du bazar que je n’utilise pas dans mes placards.  Donc tiroirs après tiroirs, étagères après étagères, j’ai encore trouvé de la paperasserie périmée à jeter, et diverses babioles, livres et fringues  dont je n’ai plus l’utilité mais qui peuvent  intéresser d’autres personnes.

Alors hop ! j’ai mis tout ça dans des sacs, et  direction le marché gratuit de la Gratiféria aux Arceaux pour une petite séance de dons !  Je ne veux garder que ce qui m’est utile et indispensable, à la rigueur je conserve quelques souvenirs qui pourront intéresser les enfants  mais c’est tout.

La gratiféria des Arceaux est une zone de totale gratuité bien pratique quand on veut donner une seconde vie à ses affaires, qui en plus rend bien des services à tout le monde, à ceux qui donnent, et à ceux qui reçoivent.

En plus, c’est l’occasion de passer un  agréable moment d’échanges avec d’autres personnes en  faisant des heureux.

C’est gratifiant la Gratiféria !

Carte postale

J’adore recevoir des cartes postales ! D’anniversaire ou de vacances, depuis toute petite je garde toutes celles que je reçois.

Aujourd’hui j’ai la chance d’avoir encore quelques amis et membres de ma famille qui m’en envoient lors de leurs voyages.
Cette  petite pensée pour moi, de me donner des nouvelles par écrit à l’ancienne alors qu’ils sont loin me touche énormément. C’est sympa et ça fait un beau souvenir.

J’aime aussi en envoyer bien sûr, rien que pour le plaisir de faire plaisir. 2018-08-17 21.15.19.jpg

Alors un grand merci à l’ami qui m’a envoyé une petite carte de Corse cette semaine.

Oh tiens, v’là une gare toute neuve ! #MontpellierSuddeFrance 

Ça y est je l’ai enfin vue cette fameuse gare Montpellier Sud de France sortie discrètement de terre  au milieu de nulle part.
Mise en service début juillet sans inauguration, elle a un démarrage un peu tristounet la pauvrette !
Enfin bref,  j’ai profité de la demi-heure gratuite du parking lors de la dépose d’un ami en partance pour Bordeaux pour la visiter brièvement.

Alors  à l’intérieur, à l’étage il n’y a quasi rien !!! Juste un distributeur de sandwichs/boissons et un piano pour se distraire un peu. L’ambiance est spartiate, c’est le moins qu’on puisse dire ! Et si vous êtes perdus pauvres voyageurs, tant pis pour vous, il n’y a pas âme qui vive pour vous renseigner, personne, que dalle, démerdez-vous !

Toujours à l’étage, une grande terrasse avec vue sur le paysage aride surplombe les rails.

Étonnant les garde-corps en plexiglas. Il y en a partout. Question sécurité, ça me laisse perplexe car ils me semblent faciles à enjamber pour sauter dans le vide.

Pas mal le toit en « dentelle », il  fait de jolis effets d’ombres et lumières. Mais bon on s’en fout un peu, on ne vient pas là pour regarder les effets de lumière.

Le parvis de la gare et le parking, rien à dire, à part que pour le moment question ombre  va falloir patienter un peu que les arbres poussent  ! c’est secos !

Le tour fait de cette gare plutôt désertique, question pratique, et ça c’est le plus important, elle est loin d’être au top ! Pour aller en centre-ville le temps est rallongé d’au moins 3/4 d’heure par le trajet bus + tramway, payants bien sûr ! Va donc falloir prévoir temps et budget supplémentaires.

En voiture, la direction de la gare n’est indiquée qu’à partir d’Odysseum. Ça va quand on connait le quartier, mais quand on ne connait pas, pas sure que tout le monde la trouve facilement. Je n’ose même pas imaginer la galère pour les gens qui arrivent par l’autoroute. Même Gogole Maps s’y perd !

Voilà le parcours que l’application m’indique en partant de chez moi ! mais mouarrrf quoi ! elle me fait faire un grand détour via Balaruc par l’autoroute, rien que ça ! Pauvre Gogole Maps, complètement paumé !

Le dépose-minute est le seul point positif que j’ai trouvé, mais je précise, uniquement parce qu’il n’y avait personne quand j’y suis allée. Donc facile d’accès à ce moment là, j’ai profité des 30 mn gratuites pour rester un peu avec la personne que j’accompagnais.

Par contre si un jour je dois prendre le train, de chez moi, voiture + tramway + bus c’est loin d’être pratique, surtout avec des bagages. Et pour les longs voyages, il n’est pas intéressant de laisser la voiture au parking vu les tarifs des forfaits longue durée  passés 1 journée.

C’est pas donné ! Là vaut mieux prendre l’avion, et laisser la voiture au P6. Le forfait est de 35 € pour 15 jours à l’aéroport de Montpellier (flûte ça a augmenté) ! Ok ça dépend du voyage que l’on fait bien sûr !

Ah oui au fait, cette gare devrait être desservie par les TGV, les Ouigos et les intercités. Aujourd’hui elle n’est desservie que par 7 trains par jour, ce qui implique des pics de bouchons infernaux. Où est l’intérêt franchement, surtout pour les voyageurs qui ont des correspondances à prendre à Saint Roch ? Sans parler de l’énorme perte de temps et des frais en plus,   ça va être compliqué, mais compliqué pour aller d’une gare à l’autre ! pfff !

D’ailleurs quid de la gare Saint Roch en centre ville avec sa facilité d’accès en tramway !? Quel est son devenir ? Pourtant elle est très bien cette gare et surtout très pratique avec les lignes de tramway à ses pieds. En plus elle  a été refaite à neuf quartier et parking inclus, sic !

Gare Saint Roch vue du parking

Bref cette nouvelle gare Montpellier Sud de France n’a absolument pas été pensée pour les voyageurs. C’est du grand n’importe quoi ! Encore un désastre financier de plus ! Le fiasco quoi !

J’aime pas l’été !

J’en peux plus ! Après une mauvaise nuit, une douche froide à 4h du mat d’une eau même pas froide mais tiède,  me suis levée ce matin à fleurs de peau, mal à la tête, limite de péter un câble. Trois semaines qu’on crève, qu’on ne respire plus, qu’on dégouline, qu’on dort mal, qu’on défaille, qu’il n’y a pas d’air, que tout est sec !

Chaud, chaud, chaud, l’été est chaud, beaucoup trop chaud !

Il fait 34° dans mon appart  non stop, ventilateurs en fonctionnement en permanence. Que je ferme ou pas ne change rien, le cagnard plombe le toit de l’immeuble et suis au dernier étage. Je l’ai déjà dit l’immeuble n’est pas conçu thermiquement pour supporter les grosses chaleurs. D’ailleurs rares sont les logements dans le sud conçus pour maintenir la fraîcheur à l’intérieur en été ! Tout le monde subit !

Aaah mais que j’ai apprécié ce mois de juin au temps incertain. Il faisait si bon à l’intérieur comme à l’extérieur. Un vrai bonheur !

Mais là même marcher est pénible. On se traîne le souffle court, les papillons  dans les yeux, nous assomme, nous enserre, nous étouffe de son feu ! Même le contact de la moindre fringue est insupportable.

Dire qu’il va falloir encore supporter ça tout le mois d’août arrgh !

Et non cette année je ne vais pas me rafraîchir à la mer. Ne me demandez pas pourquoi, je n’ai pas envie.  Je ne sais pas où aller,  errer seule sous le cagnard ne me motive pas à sortir. J’aime pas la foule à la plage, ça me gave de payer le parking, de tourner en rond pour trouver une malheureuse place, pas envie d’aller chez les tous nus et trop ko le soir pour reprendre la voiture, surtout pour sortir seule, bof ! Je crois bien que je sature du coin…

Mais que je plains tous ces gens qui sont à la rue. L’été c’est l’enfer pour eux ! Et que je plains tous ceux qui n’ont pas le choix que d’affronter cette chaleur pour aller bosser. Et que je plains les gens malades qui souffrent encore plus en cette période…

Bref suis de mauvais poil parfaitement ! Et oui c’est ma râlerie du jour parce que je n’aime définitivement pas l’été, et qu’on ne peut pas être tout le temps de bonne humeur et que j’ai le droit de râler si je veux, même s’il y a pire ailleurs ! Ah mais !

Quand l’équipe Citroën vous offre des fleurs

Une vente privée, une excellente reprise de ma C3 que je n’en pouvais plus tellement elle était chiante à conduire avec sa boîte de vitesse robotisée, une proposition en contrepartie plus qu’excellente avec toutes options à prendre ou à laisser tout de suite, et cette fois avec une vraie boîte de vitesse automatique, et voilà !

Cette fois je suis ravie, ravie de l’accueil, ravie de la reprise, ravie de cette nouvelle C3 si agréable à conduire, ravie des explications données sur le fonctionnement des diverses options, et en plus l’équipe m’a offert des fleurs en partant. Que dire de plus ?


Merci !

Jour de distinction pour nos sapeurs pompiers #sdis34

Un beau  soleil a illuminé aujourd’hui un très émouvant hommage rendu à tous nos sapeurs pompiers de l’Hérault.

Le service départemental d’incendie et de secours, le SDIS34, a été honoré dans son ensemble par la remise de deux décorations, la médaille de bronze pour acte de courage et de bravoure et la fourragère.

En cette belle journée, 77 casqués professionnels ont également été promus.

Puis de très touchants discours du colonel, du président du conseil départemental et du préfet ont suivis cette distinction collective. Vraiment l’émotion était au rendez-vous !

Toujours proches, toujours là à notre service jusqu’à risquer leur vie pour sauver la notre, un grand merci  au sdis34, et une énorme pensée aux rescapés de l’incendie de Roquessels !

Et contente d’avoir assisté à cet événement. Merci à l’ami qui m’a proposé de l’accompagner.

Agressions sexuelles, harcèlement, violences, j’ai de tout en magasin #MeToo

#Denoncetonporc #MeToo, ça y est, depuis l’affaire Weinstein la boîte de pandore est ouverte. Enfin les femmes de tous milieux, de toutes professions, et de tous âges balancent ce qu’elles vivent au quotidien, agressions sexuelles, harcèlement au boulot ou ailleurs…

Je me suis tâtée, écrire, ne pas écrire, parler, me taire.
Mais cette libération de parole a réveillé en moi quelques souvenirs pas très jolis que j’avais enfoui dans ma mémoire. Il faut que ça sorte.

Le premier flash qui m’est revenu est cette période fin des années 80, alors que j’avais une petite trentaine. Je travaillais à Ecquevilly dans les Yvelines. Le patron de la boîte, la soixantaine, était odieux et ne cessait de m’appeler dans son bureau en me traitant de salope devant mes collègues. Il voulait coucher avec moi et j’avais refusé.
Son bureau était à l’autre bout du long couloir qui nous servait d’open space et il me hurlait au dessus des têtes penchées « Viens ici salope, et que ça saute ! ».

Je sortais d’un divorce difficile. Mon ex mari était un manipulateur, violeur, harceleur, et il me battait. Et là tout de suite après je me suis retrouvée face à un patron harceleur.
Je ne savais plus ce qui était normal ou pas. J’étais dans un état de culpabilité permanent.
Il me convoquait dans son bureau uniquement pour me faire des propositions salaces. Un jour il s’est même couché par terre en me disant « Viens me sucer salope ».
Un jour j’ai eu tellement honte de ses hurlements grossiers après moi devant tout le monde, que j’ai fini par me laisser faire pour qu’il arrête.
Oui je voulais que ça s’arrête. Mais mes collègues témoins du harcèlement m’ont dit qu’ils se tairaient si je parlais. Ils avaient peur de perdre leur job…
J’ai fini par démissionner, et je n’ai rien dit à personne.

Perdue, seule, pas entourée, mes deux enfants encore en bas âge à ma seule charge, ce fut vraiment une période noire.

Je ne l’avais jamais aguiché, mais  je me sentais sale et honteuse. Je pensais que c’était forcément de ma faute.
Lui, il avait tout simplement profité de son pouvoir et de ma fragilité dues à mes blessures toutes fraîches, tel un prédateur qui joue avec sa proie avant de l’achever.

Mais il ne fut pas le seul à profiter de la situation. la plupart des hommes que j’ai rencontré par la suite dans cette région, sous prétexte de vouloir m’aider, me proposait la botte.
Il y a même eu cet avocat, pote d’une connaissance également malsaine. Confortablement installé dans son fauteuil, il m’a suggéré  me toisant du regard, de faire des passes dans son milieu pour gagner un peu d’argent. Je lui ai rétorqué avec force qu’il était hors de question que je m’abaisse à faire ça et que je saurai très bien me débrouiller toute seule. Il m’a envoyé un billet à la figure en me lançant « Et bien tiens puisque tu es si maline, rentre donc chez toi avec ça ! »

J’ai fini par déménager loin avec mes deux enfants sous le bras, sans garder le moindre contact, et là non plus je n’ai rien dit. Oublier, surtout oublier toutes ces humiliations et ces violences, essayer de me reconstruire. Ça n’a pas été si simple, il y en a eu d’autres qui m’ont encore une fois fait fuir ailleurs…

Dans la série agressions sexuelles, je me suis aussi souvenu de ce billet que j’ai écrit il y a quelques années en arrière, Caroline à Monaco, où je rapporte ce que j’ai vécu quand j’avais environ 6 ans. Dans ce billet je n’ai même pas osé parler en mon propre nom même après tout ce temps passé. Mais c’est tellement évident qu’il s’agissait de moi.

Il y a aussi eu ce jeune homme qui m’a poussée contre des sacs à patates en toile de jute pour ensuite me plaquer son corps contre le mien et me fourrer sa langue dans la bouche de force, alors que je n’avais rien demandé. J’avais une dizaine d’années. Nous étions venus déjeuner avec mes parents dans ce restau proche de la maison. Et pendant que les adultes prenaient le digestif, la patronne avait demandé à l’un de ses fils de me faire visiter les lieux.
Ben tu parles !!! Il m’a aussitôt entraînée en bas dans la réserve. Heureusement j’ai encore été sauvée, cette fois par l’appel de mon père au moment de partir. Là non plus, honteuse, je n’ai rien dit. C’était des amis de mon père. Je n’ai jamais revu le jeune homme. Il est décédé quelques temps plus tard dans un accident.

Toute ma vie j’ai du faire face à ce rapport de domination, et d’abus de pouvoir des hommes sur les femmes. Une femme seule, c’est tellement une proie « facile » !

A moindre dégâts, il y a aussi eu plus récemment dans ma période quinqua, ces bons conseilleurs qui se sentent investis de t’expliquer ce que tu dois faire de ta vie, toi, pauvre femme divorcée, livrée à toi-même qui doit forcément avoir besoin d’un homme pour s’en sortir. J’ai bien sûr envoyé balader ces  marieurs.

Il y a aussi celui bien marié, bien libidineux, et bien plus âgé que moi, qui me disait à chaque fois que je le croisais : « comment ça ? t’es toujours toute seule ? tu n’as toujours pas de petits copains ? Mais quand tu veux je suis là moi, si tu as besoin d’un peu d’hygiène. » sic !

Il y a aussi le comportement de certains employeurs potentiels au moment de la recherche d’emploi. C’est parfois gerbant.
Ou encore les rumeurs et réflexions crétines de certains hommes sur ma sexualité parce que je ne couche pas.
Il y a aussi ceux qui m’ont inventé une vie de coureuse parce que je suivais une équipe de sport pour l’ambiance de ce sport que j’aime. Une femme seule, dans leurs petites têtes, si elle était là, c’était obligatoirement parce qu’elle cherchait à « se taper » un mec. J’ai fini par m’éloigner de ces gens pour m’enfermer dans ma solitude, trop d’allusions malsaines, trop d’humiliations. J’ai appris des années plus tard qui était le mec que j’étais censée vouloir me taper d’après eux, marié bien sûr. J’ai compris à ce moment là l’attitude des femmes à mon égard. Leurs maris se faisaient leur cinéma sur mon dos. Sic !

Et je ne parle même pas des mecs qui m’ont suivie dans la rue à la sortie du métro quand j’étais plus jeune, ou mis la main aux fesses,ou hélée grossièrement dans la rue, et j’en passe… ça c’était la routine !
Bon ok, ça se tasse un peu quand on prend de l’âge. La chair fraîche est bien plus intéressante pour eux !

Aujourd’hui, je suis étonnée par ces hommes et même ces quelques femmes (le comble) qui semblent découvrir en suivant le hashtag du moment #balancetonporc ce que les femmes vivent en général. Ma parole, sortez de votre petit confort et ouvrez les yeux pour de bon !
Je suis dégoûtée par ceux qui en rajoutent avec leurs réflexions basses et sexistes sur le sujet au lieu de compatir et soutenir. Non la vraie vie n’a rien à voir avec les émissions de la télé réalité. Déconnectez-vous de ces merdes. Pff là il y a du vraiment du boulot pour récupérer le cerveau de ces gens  imbibés par la boîte à cons !!!
Je suis agacée par cet avocat qui déclare qu’il est facile d’agir quand on est harcelée, ou agressée. Un mec bien sûr…  YakaFoKon !
Non, au jour d’aujourd’hui ce n’est pas facile, d’autant que la victime est aussitôt considérée comme une coupable !!!  De plus c’est compter sans l’amnésie traumatique quand on a subi une violence. Personnellement certains faits me sont revenus des années plus tard.  Il est fort probable d’ailleurs que ma mémoire ne soit pas encore complètement libérée.

J’espère que tous ces témoignages vont réellement changer les mentalités et casser cette “culture masculine” imposée par les religions et des siècles de patriarcat.
J’espère qu’il y ait une réelle prise de conscience de la part des hommes, et qu’ils se sentent concernés par l’ampleur du phénomène.
J’espère qu’ils changeront enfin de comportement.
J’espère que la violence à l’égard des femmes ne soit plus banalisée.
J’espère que les gens (aussi bien hommes que femmes) arrêtent enfin de vivre dans le déni face aux violences sexuelles et pratiques culturelles contre les femmes dans le monde.
J’espère… Malheureusement quand je lis certains commentaires haineux sur les RS, il y a peu d’espoir que ça change.  En général il en ressort que c’est toujours la femme qui l’a bien cherché.

D’ailleurs mon propre père avait déclaré un jour à table devant un copain invité « quand une femme est battue, c’est qu’elle l’a bien cherché« .  J’étais visée par le réflexion. C’est violent quand on a longtemps été battue. Ça marque ! Le copain, quant à lui, a vraiment été choqué.

Un petit tour de mon quartier cracra en images #Montpellier

Je fais rarement le tour de mon quartier à pieds, tout simplement parce qu’il n’y a rien de bien intéressant à y voir, qu’il n’y a pas de petits commerçants comme je les aime, et encore moins de terrasse sympa ou s’attabler pour se désaltérer en profitant du soleil.
Bref rien qui motive.  Du coup d’ordinaire je prends ma voiture pour m’évader vers des lieux plus accueillants, ou je reste carrément chez moi…

Exceptionnellement aujourd’hui j’ai du courrier à déposer au bout de la rue. Il est 4h de l’aprem, fait beau, il fait chaud, allez hop j’y vais à pieds, et en profite pour faire le tour du pâté de maisons pour m’aérer.

Et voilà donc un échantillon du paysage qui m’accueille tout au long du chemin…

Sympa non ? ça donne envie de se balader dans le coin, hein ?

Et pour finir, voilà l’état de la cunette qui sert de trottoir le long de la rue qui me ramène chez moi. Quand il pleut, elle se transforme en rivière et  j’ai de l’eau jusqu’aux chevilles.

Et dire que depuis 2012, Montpellier est censée avoir mis en place une brigade propreté et incivilités chargée de contrôler la propreté de la ville.
Et bien dans mon quartier les gens s’en foutent ouvertement de cette brigade  et du respect de la propreté de la ville. L’incivilité est reine ! D’ailleurs je ne l’ai même jamais rencontrée cette brigade  !!!

De toute façon, la propreté à Montpellier c’est juste pour les lieux touristiques, les nouveaux quartiers bien en vu (et encore !). Pour le reste… pffff !

Ah oui au fait, mon quartier c’est Celleneuve !