Archives pour la catégorie Mes petits bobos

pas toujours en pleine forme, parfois je raconte mes petits soucis de santé.

Râlerie nocturne

Putain de bordel de merde (scusez de la grossièreté) c’est quand que je vais enfin arriver à m’endormir normalement !!!! Filez moi des somnifères bordel (scusez again) que je casse enfin ce rythme nocturne de merde qui m’épuise.

Maintenant que j’ai une super machine, que je supporte bien en plus, pour faire de bons gros dodos récupérateurs en diminuant les apnées-hypopnées,  j’arrive même pas à m’endormir pour en profiter !  Mais comment voulez-vous que je récupère et que mon corps commence à guérir si je ne m’endors pas ?  J’ai beau me détendre le plus possible en essayant de penser à rien, rien à faire !

Fait chier merde !!!! (oui suis encore grossière et alors !) Ça va finir en burn out tout ça à la longue !  Le dernier câble qui me tient encore est en train de casser, je le sens.  j’arrête pas d’être à fleur de peau et d’avoir les larmes  qui surgissent au bord des paupières sans raison (enfin sans raison, façon de parler, des raisons  j’en ai des milliards, mais bon that’s life!).

Bon allez je vais remettre mon appareil sur mon nez pour respirer, et refaire une tentative d’endormissement maintenant que j’ai râlé. Il est bientôt 5h quand même, et bientôt l’heure de se lever pour checker la multitude de tâches qui m’attend encore. pfff

Publicités

Mais respire donc cocotte !

Et bien voilà, j’ai l’explication de tous mes maux, j’ai un symptôme d’apnée obstructive du sommeil sévère. j’arrête de respirer plus de 43 fois par heure. Ce qui n’est pas rien ! Normalement tout le monde fait des apnées-hypopnées toutes les heures surtout les hommes, mais au delà de 30 elles sont considérées comme sévères, et moi j’en fait plus de 43. Ce qui est un peu embêtant. Suis quand même tombée sulcul quand j’ai appris ça !

Bref ça explique la gueule de bois et la tête dans le cul tous les matins sans avoir bu la vielle et n’avoir qu’une envie à peine levée, celle de me recoucher illico sur le canap ; cette grande fatigue permanente et cette  incapacité à récupérer ;  ce fort essoufflement  au moindre petit effort avec des poumons douloureux ; cette dépression chronique avec envie de rien ; ces troubles de la mémoire dus au manque d’irrigation du cerveau ; cette difficulté de concentration ; ces douleurs partout surtout aux hanches et au côté gauche dues à la diminution du taux d’oxygène sanguin ; ces insomnies comme si inconsciemment j’avais peur de ne pas me réveiller ; ces ronflements bien sûr, etc etc …

Purée heureusement que je vis seule, comme ça je n’ennuie personne avec tous mes maux ! Et puis tant qu’il n’y a pas cancer, il n’y a rien de grave, comme pense la plupart…  Même si tout se déglingue !

Le pire est que  je n’ai aucun problème organique qui pourrait provoqué ce symptôme, pas de surpoids, pas de prédispositions anatomiques  particulières, et  je ne dors jamais sur le dos, ni la bouche ouverte. J’ai juste une œsophagite. Allez comprendre  !

D’après le technicien qui est venu à la maison m’expliquer en détail les causes et les risques de ce symptôme, sans appareillage, le plus gros risque que j’ai d’après mon taux d’ah est de claquer d’un infarctus ou d’un AVC dans la nuit. Ben pour quelqu’un qui a toujours voulu mourir très tôt, c’était pas la peine que je fasse autant de tentatives pour en en finir, surtout qu’elles ont toutes ratées, j’avais qu’à laisser faire, haha !  (humour noir).

En tous les cas, il m’a dit d’arrêter de culpabiliser si je n’ai pas la force de sortir ou de faire ci ou ça, comme le ménage par exemple, c’est normal, c’est du à cette non récupération permanente qui me met dans un grand état de faiblesse.

Donc voilà je suis appareillée et sous surveillance.  Si ça déconne dans la nuit, ou pendant la sieste,  la machine enregistre tout et les techniciens le sauront tout de suite, ils arriveront au galop.  😉  De toute façon un spécialiste va passer tous les 15 jours pour voir l’évolution de la dame, et surtout si elle supporte bien l’engin.

Pour le moment je ne peux pas dire que je dors mieux…. Toujours HS toute la journée, et pas la force de faire quoi que ce soit !

Comme dit ma toubib, quand je suis arrivée avec mon cursus santé la première fois que j’ai eu affaire avec elle, je collectionne les pathologies !

Et patatra boum par terre

Il y en a qui titube et qui se casse la figure parce qu’ils ont trop bu, et bien pas moi. Cette semaine j’ai pas arrêté d’être entre deux eaux en ne buvant que de l’eau, c’est un comble.

Avant hier je titube pour la énième fois, mais cette fois rien pour me retenir et bing me voilà par terre entre le canapé et le mur. Bien sûr je mets un temps fou pour me relever, mais tout va bien rien de cassé.

Et hier rebelote, je fais pire. Je titube et patatra, boum par terre, je m’écroule  entre un meuble et une grande plante, cassant net en son milieu la branche maitresse (rip), et me retrouvant ko par terre le pot entre les jambes et le dos contre le meuble, sonnée.

Bon je me ressaisis tant bien que mal, me relève comme je peux, constate les dégâts sans trop bien comprendre comment j’ai bien pu faire mon coup, et pourquoi j’étais dans ce coin de la pièce. Du sang coule sur mon oeil, rien de grave juste une égratignure au dessus de l’arcade, et sur le coin de l’oeil. Je tache  le lino en marchant, rien de grave, juste une éraflure sur le pied.  J’éponge, je nettoie, je désinfecte, je range,  je m’allonge, KO et mal au dos, mais tout va bien. Suis une dure à cuire, pas encore morte, raté !

Mais nom de dieu de nom de dieu, che se passa ? Certes, j’ai pas trop à manger en ce moment, mais mon corps a largement de réserves, c’est pas le manque de bouffe qui va me faire tituber et perdre conscience comme une ivrognesse tout de même.

Inventaire des médocs, et ayèèèèèè j’ai trouvé. C’est ce putain de Lyrica (traitement contre la fibromyalgie), je ne vois que ça. J’ai du faire un léger surdosage sans faire gaffe, le prendre une fois de trop, et bing je me suis pris tous les effets indésirables d’un coup, état de confusion, somnolence, démarche non coordonnée d’où les badaboums, et j’en passe…. Le bon gros poison quoi !

Allez hop stop le poison, repos total, et ça va aller tout de suite mieux !

Sérieux avec tous les effets indésirables de ces foutus médocs, je préfère ne plus rien prendre du tout, et ne m’occuper que de soigner mon œsophage, ça j’ai pas le choix, sinon je ne peux plus m’alimenter.

Enfin bref, tout ça on s’en fout de comment je vais, c’est juste histoire de meubler, j’ai rien à raconter de sympa en ce moment, je donne juste de mes nouvelles…

maj:

j’ai pensé après coup, vu que la température dans l’appartement stagne entre 31° et 35° depuis un bout de temps , qu’il n’était pas impossible que mon corps soit passé en mode coup de chaleur avec tous les symptômes qui vont avec. En plus je ne suis pas sortie m’aérer à la plage depuis 15 jours, du coup le problème de mes étourdissements et chutes viendrait peut-être bien de là. A suivre…

La question psy du jour

Fallait s’y attendre, l’euphorie du mois dernier est tombée. Le mois d’août est arrivé avec ses journées remplies de solitude. Tout le monde est parti, ou a autre chose à faire.  Chacun sa vie, les enfants ont la leur avec leur petite famille et leurs amis, c’est bien normal.

Et moi je m’enferme, je n’ai même plus envie d’aller à la plage seule…

– Avez-vous pensé à partir ? me demande-t-il.

– Oui mais pour aller où ? Ma vie est ici depuis si longtemps et je connais plein de gens ici, je me suis créée des réseaux. Certes les relations sont pour la plupart superficielles, éphémères, le chômage isole.  J’ai peu de vrais potes que je vois rarement, mais je ne saurais pas où aller…
N’est-il pas plus difficile pour vous de vivre aussi seule dans une ville où vous connaissez autant de monde ? 

….

Grand blanc !

Bien sûr il a raison, mais que répondre ? La mer est si importante pour moi. Je voudrais juste changer de logement.

….

J’ai quitté son bureau encore plus déprimée que quand je suis arrivée, frustrée par une séance trop courte, emplie d’une sensation d’inachevé …

Avant de rentrer chez moi, j’ai erré dans le centre ville comme une âme en peine, à fleur de peau, les larmes aux yeux.

Je ne dors pas, j’ai oublié de lui dire. Je ne me projette pas plus loin que la journée du lendemain, et je ne sais pas où je vais….

J’ai l’adresse du CPCT (Centre psychanalytique de consultation et de traitement ) de Montpellier en cas de trop gros mal-être, je ne sais même pas si je vais les contacter. Je ne sais même pas si je vais le rappeler, lui, pour le revoir en septembre…

Que faire du reste de ma vie ? où aller ?  A quoi ça sert tout ça ?

Nota bene : photo vue de la salle d’attete

Check-list pour la clinique ok

Examens sanguins ok ;
Cure homéopathique d’arnica pré opératoire pour prévenir les hématomes et les risques d‘hémorragie ok ;
Consultations gastro, anesthésiste, chirurgien ok ;
Ordonnance et médocs à emmener, matériel post opératoire, paperasserie de pré-inscription ok ;
Congélo plein pour le retour, ménage fait à fond, repassage ok ;
Sac prêt avec le matos qui va bien pour ne pas me couper du monde et des opportunités de job…

Voilà suis à jour pour rentrer à la clinique.
J’ai même trouvé une infirmière pour me changer les pansements 2 fois par semaine quand je serai revenue a casa.
Faut dire qu’à force j’ai l’habitude de gérer les préparatifs pour ce genre de chose.

Et oui je retourne à la clinique un an après l’opération de mon coude et cette fois c’est pour mon bidou. Intervention un peu plus lourde, un peu plus longue, mais rien de grave. Ce sont juste les séquelles d’une précédente opération un peu ancienne qu’il faut réparer parce que ça déglingue le reste. Bref une couture de plus comme disait mon fils quand il était petit.

Bon je sais tout le monde s’en fout de mes petites histoires de santé, comme du reste d’ailleurs…
Mais scusez, rançon de la solitude, j’évacue le stress comme je peux en causant sur mon blog.
Comme ça le jour J, cad demain aprèm, j’irai à la clinique tranquillou 2 km à pieds et en tram, mon sac sur le bras sans plus penser à rien…

J’avoue j’ai quand même un peu le trac, j’ai du prendre un petit calmant pour me dés-angoisser. Mais ça va bien se passer comme dab !

Allez aujourd’hui je vais faire un p’tit tour chez le coiffeur pour me sentir belle et me changer les idées.

Saleté d’algo !

Bon sang de bon sang de bonsoir ! Je croyais en avoir enfin fini avec mes mains, nerf ulnaire réparé à droite, fracture du triquetrum réduite à la main gauche, et bien non !!!! 2 mois et demi après la fracture, cette saleté de main gauche s’est mise à gonfler douloureusement bloquant la mobilité des doigts .

Mais koikèce, kèceàdire ? Et bien résultat des courses je fais une belle algodystrophie !!!!

ROGNTUDJU!!!!!!!!!!!!!  Manquait plus que ça ! Me voilà donc repartie pour des mois de kiné à l’Institut de la Main !

Décidément entre les tendons et les nerfs qui défaillent un peu partout, n’importe quand, ça tourne pas rond dans mon corps !

Ma souris ergonomique verticale

Comme de bien entendu, c’est à cause de la manipulation de la souris  sur mon ordi que je me suis retrouvée avec le nerf ulnaire du bras droit complètement abîmé au point de devoir me faire opérer, Il est donc hors de question désormais que je continue à utiliser des mulots classiques bousilleurs de cubital et de carpien !

J’ai donc farfouillé sur le Net pour me trouver LA souris ergonomique qui va bien, verticale de surcroît. Ben oui comme ça coude, bras, poignet ne sont plus en torsion, mais reste bien alignés, et le poignet n’est plus en appui sur le plan de travail. Ce qui évite le blocage des nerfs et moult douleurs.

Bien sûr les meilleurs sont hors de prix, mais j’en ai quand même trouvé une sans fil sur amazon à un prix tout à fait correct, le modèle optique TM137U de  CSL computer, une boîte allemande.

2015-12-11 13.08.16

C’est une souris usb avec tous les boutons qu’il faut, et prise en charge du 1600 dpi, rien à dire.

La prise en main est un vrai bonheur, même plus mal, alors que je suis encore en rééducation, le bras sensible et pas encore très agile de mes doigts.

2015-12-14 13.03.18-2

Je l’ai montré à ma kiné, elle a été emballée. Elle est même étonnée que les souris ne soient pas toutes verticales, ça éviterait bien des problèmes de santé !

Bref je suis très contente de mon acquisition, et je conseille à tous une souris verticale.

Quand on ne tient pas debout…

Comme si j’avais pas assez à faire avec mon bras droit depuis mon opération du nerf ulnaire, v’là t’y pas qu’hier au soir je me suis cassée la figure grave sur le trottoir à cause d’un fichu trou. Et cette fois c’est la main gauche qui a pris, triquetrum du carpe cassé, entorse du petit doigt, intérieure de la main toute bleue, bref gros bobo !

2015-12-11 12.55.54Je vous fait grâce de la tête qui a heurté le trottoir, ouille ! de la monture des lunettes que j’ai cassée, et de l’énorme hématome qui envahit ma hanche bien douloureuse (ouf elle a pas cassé malgré l’ostéoporose que je me tape !)…

En tous les cas suis quand même restée ko un moment avec une belle envie de gerber.

Heureusement de charmants jeunes gens, les instagramers de Montpellier pour ne pas les citer, m’ont relevée, dorlotée et raccompagnée chez moi en fin de soirée. De toute façon, me serait pas vue rentrer toute seule dans l’état où j’étais.

Mais bon sang quel choc ! Le lendemain matin ma kiné, que je venais voir à la clinique  pour le bras droit, m’a fait passer direct par la case urgences et elle a bien fait ! J’en ai pour un mois d’attelle !

Bref me suis pas loupée !

ah oui au fait voilà ce qui m’a fait tomber :

2015-12-13 00.49.42

Je ne remercie pas la ville de Montpellier…

Solitude post op !

Voilà presque 3 semaines que je me débats seule chez moi avec ma main gauche. Demain on m’enlève le plâtre qui m’emprisonne le bras droit (suite à transposition du nerf ulnaire). Je vais enfin retrouver un peu de liberté de mouvement.

En attendant, la vie est dure dans le Sud. Pas beaucoup de visite par ici, j’ai même trop de doigts à ma main gauche encore valide pour compter.

Il n’y a pas à dire, je ne suis pas populaire comme fille, ni du côté des miens, là je suis carrément inexistante ; ni du côté des autres pour qui je ne suis pas assez intéressante pour leur notoriété de « sauveur ». Une seule personne a eu l’amitié de m’appeler tous les jours pour prendre des nouvelles, parce qu’elle aussi sait oh combien il est difficile d’assumer ses maux dans la solitude , et encore plus quand l’actualité est terrifiante.

Pour le reste démerde toi pour gérer ton quotidien ma fille, même si tu n’as pas toujours de quoi manger. Ainsi va la vie.