Congé aux fins de vente

L’huissier est passé et voilà c’est officiel mon bailleur me donne congé. Chouette des vacances !
Non, cessons de plaisanter, la chose est sérieuse, mon bail se termine et l’appartement est mis en vente, sans moi dedans bien sûr. Aussi je dois partir, trouver un autre logement avant le 30 septembre 2006 à minuit.

Rien de plus simple, me direz-vous, il suffit de chercher. Certes, mais je n’ai plus de boulot fixe depuis 3 ans, rien que des petits jobs de moins d’une semaine par ci, par là, des revenus en dessous du seuil de pauvreté. Rien de bien crédible pour trouver un logement dans le privé, même si ma mère se porte caution (si c’est pas malheureux à mon âge! quelle honte !). Et je ne suis pas prioritaire pour les logements sociaux … D’ailleurs je ne l’ai jamais été, même quand j’élevais mes enfants seule. A ce propos, je me souviens, en 92 très précisément, alors que je n’arrivais pas à trouver le moindre logement pour que nous puissions, mes enfants et moi-même, vivre sous le même toit, avoir écrit une lettre de 5 pages à un certain ministre pour lui déballer ma façon de penser sur l’attribution des logements sociaux. Curieusement à l’époque ma lettre a porté ses fruits, mon dossier est passé au dessus de la pile d’un coup, et quinze jours après nous étions convenablement logés… à St Denis. Et toc !

Dois-je recommencer aujourd’hui ? Non, bien sûr, le contexte est différent, je suis seule maintenant. Donc que vais-je faire ? Et bien je vais continuer à me battre bien sûr, pour survivre, et faire comme si tout allait bien, comme si je n’avais pas de souci, il y a tellement pire ailleurs … Mais, l’angoisse du lendemain, vous connaissez ? moi je l’ai depuis pas mal de temps déjà … et sincèrement je me demande vraiment chaque jour à quelle sauce je vais encore être bouffée.

Qui suis-je ?

Ca y est, je me suis fendue d’un « à propos » en balançant en vrac tout ce qui me passait par la tête me concernant …
Décidément je mets une grande claque à mes tiroirs secrets, je n’en reviens pas. Mais je n’ai pas encore tout dit, alors je ne manquerai pas d’apporter quelques modifications à ce billet dès qu’un fond de tiroir oublié resurgira dans ma mémoire.

Ah, et puis j’ai même mis ma photo sur la page d’accueil (prise à l’occasion de la fête des côtes rôties à Ampuis), mais je ne sais pas encore si je vais la laisser … A voir.

Finalement j’ai enlevé la photo de la page d’accueil pour la mettre dans le billet « à propos ».

Caricatures – chronologie d’une contreverse

Pour ne pas oublier l’origine des faits, à lire absolument l’excellent billet « caricatures et manipulations » de Laurent Gloaguen chez Embruns qui retrace l’historique de la crise internationale déclenchée par la publication des Caricatures de Mahomet sur le quotidien Jyllands-Posten. Laurent explique le contexte de cette publication le 30 septembre 2005, apporte son analyse sur la récupération politique et la montée en flèche des réactions de violence …

Que dire de plus ? je rajouterai simplement que ces manipulations politiques des pays conquérants qui ménent à des réactions disproportionnées et surréalistes m’effraient. Et j’ai de plus en plus de craintes quant à l’avenir de nos sociétés libres. J’ai peur pour le devenir de notre culture bâtie siècle après siècle sur les valeurs du judéo-christianisme que l’on balaye progressivement depuis des années. J’ai peur pour la démocratie, la liberté, la laïcité … J’ai peur pour mes enfants .. demain …

A lire aussi :

Non, je ne suis pas graphiste … !

  • Ah vous êtes chargée de comm ! mais vous me feriez bien un p’tit logo …
  • heuuuuu, ben non, désolée je ne sais pas faire …
  • Ah bon ! pourtant c’est votre métier ?!
  • Non pas vraiment, je ne suis ni designer, ni directrice artistique, ni graphiste ….

Combien de fois, après m’être présentée, m’a-t-on demandé de réaliser logo, affiche, messages visuels et j’en passe… Combien de fois, ai-je du répondre en doutant de plus en plus de mes capacités que je ne savais pas faire et expliquer mes savoir-faire … je ne compte plus. En tous les cas, c’est incroyable, le chef d’entreprise d’aujourd’hui a beaucoup de mal à identitifer les différents métiers liés au monde de la communication et surtout à comprendre l’utilité d’un communicant.

Alors juste pour recadrer tout ça, et aussi pour me rassurer sur mes fonctions, quelques définitions de métiers tirées du site nadoz.org trouvé au hasard dans google. Il y en a d’autres bien sûr, mais pourquoi pas celui-là !

Le graphiste

Un mot qui se décline en différents métiers : designer graphique, designer publicitaire, graphiste internet, infographiste, maquettiste… Car le graphiste exerce sa créativité sur différents supports : couvertures de livres, journaux, affiches publicitaires, dépliants commerciaux, logos, cartes de visite d’entreprises, emballages, pages Internet, cédérom, habillage TV/vidéo, signalétique…

Mission : créer un visuel à l’aide de textes et d’images qui transmettent le message exprimé par le client.Le graphiste intervient au niveau de la conception de la maquette. Mais il doit pouvoir assurer le suivi de fabrication. Il travaille en osmose avec le directeur artistique dans une agence, ou avec le client quand il est indépendant (free-lance).

Formations :

une formation supérieure en arts graphiques ou expression visuelle (BTS, écoles des beaux-arts, écoles Estienne, Olivier de Serres, Arts-Déco, ECV, ESAG…) est nécessaire

Le chargé de communication

Organiser une exposition, un salon, des conférences ; programmer une campagne de promotion pour un film ; améliorer des relations au sein d’une entreprise… Les activités d’un chargé de communication varient en fonction de ­l’entreprise pour laquelle il travaille.

Par exemple : le responsable des relations publiques est en contact avec l’extérieur, notamment avec les médias. Sa fonction se rapproche de celle d’un attaché de presse. Le responsable de la commu­nication interne favorise la circulation de l’information au sein de l’entreprise et renforce les liens entre les salariés : réalisation et diffusion d’un journal interne, mise en place des congrès et des séminaires, jusqu’au modeste mais toujours efficace verre de l’amitié.

Le but d’une campagne de communication est de promouvoir la marque de l’entreprise. Le chargé de communication peut être amené à gérer des situations de crise : accidents, produits ­alimentaires infectés, etc. On débute en tant qu’assistant de communication. Le chargé de communication peut être spécialisé en commu­nication financière ou événementielle, par exemple.

Les qualités ? L’ouverture d’esprit, de ­l’aisance dans les rapports humains, la capacité à travailler en équipe, des idées, une ­grande disponibilité. Et de la rigueur, pour respecter un budget.

Formations :

bac + 2 (BTS communication des entreprises ; DUT information communication, école de communication), avec expérience ; bac + 4/ + 5 (Institut d’études politiques IEP, école de commerce, école de communication, CELSA, DESS, master).

les métiers associés

* Attaché(e) de presse

* Directeur(trice) de la communication

* Responsable des relations publiques

Le webmestre

Au début, un internaute averti et bidouilleur pouvait devenir webmestre du jour au lendemain : il lui suffisait de créer une page perso , connaître quelques principes de navigation et un peu de code html. Aujourd’hui, rien à voir. Jugez ­plutôt à partir d’une offre d’emploi récente : … Vous maîtrisez les logiciels Dreamweaver, Illustrator, Photoshop, FireWorks, ImageReady, Flash 4 ou 5. Vous connaissez les langages html, JavaScript, php, les formats gif, jpeg, png, psd, eps, ai, swf, fla, qxd, php3…

Responsable de la gestion et du suivi d’un site web au quotidien, le webmestre de nos jours est plutôt spécialisé. Le webmestre éditorial ­s’occupe du contenu du site web : création de rubriques, collecte de l’information et mise en page des textes. Le webmestre technique concentre son action sur le fonctionnement du site : administration du serveur, intégration du code html, gestion des bases de données, etc. Les sites marchands cherchent plutôt des ­compétences commerciales et marketing chez leurs webmestres : création de trafic, fidélisation des internautes… Quel que soit son profil, le webmestre doit maintenir le site à jour et assurer une veille technologique.

Formations :

de bac + 3 (licence pro) à bac + 4/ + 5 (maîtrise de sciences et techniques MST, DESS master, école de multimédia).

Et moi, où est-ce que je me situe dans tout ça ?

Et bien, pas d’erreur, si on se rapporte à ces fiches métiers, mon cursus se rapproche bien du profil de chargé de communication et de webmaster. ouf ! me voilà rassurée, je suis encore « étiquetable ».

Donc je vous le confirme sans plus aucun complexe, je ne suis pas graphiste et je ne vous ferai pas vos plaquettes commerciales, logos ou autres supports visuels, vous risqueriez d’être profondément déçus … ah et puis j’oubliais, je ne suis pas non plus publicitaire, et encore moins formatrice en techniques d’expression orale … mais là je pense qu’il n’est plus nécessaire que je fasse de copier/coller ;-).

Ma première intervention radiophonique

Pas si simple que ça de parler devant un micro, surtout à la radio ….
La première fois que je suis venue à Radio Clapas[1], il y a 15 jours, j’étais complètement intimidée. Pourtant j’étais entourée par mes potes du "Libre" avec qui je suis d’ordinaire plutôt à l’aise. Mais rien n’y a fait, la crainte de dire des bétises en direct sur des sujets très sérieux à des tas d’inconnus l’oreille attentive m’a complètement bloquée.
J’ai donc observé, sagement dans mon coin et quelque peu admirative de la performance de mes camarades amateurs, le déroulement d’une émission de radio.
Préparation, prise d’antenne, interventions entrecoupées de pauses musicales … j’ai pu me rendre compte que le rôle de l’animateur est vraiment crucial. C’est lui qui donne le ton de l’émission. Non seulement il fait le lien entre les différentes parties, mais il mène aussi les entrevues avec les invités tout en gardant l’oeil rivé sur l’horloge pour s’assurer que l’émission se déroule dans le temp prévu … je vous assure, même sans intervenir, tout ça m’a collé un de ces stress …

Aujourd’hui, les gars m’invitent de nouveau, histoire de faire prendre l’air à la dame… Et cette fois, largement poussée par eux, j’ai osé dire deux, trois mots dans le micro à l’intention de notre invité du jour, Patrick Guimberteau venu nous présenter les caractéristiques de E-Toools, un logiciel dédié aux formateurs.
Evidemment, même si je n’ai pas dit grand chose, la connaissance du sujet "formation en ligne" m’a quelque peu aidée à vaincre ma timidité.

Finalement j’ai trouvé cette expérience très enrichissante, ne serait-ce que pour apprendre à partager et communiquer les informations mais aussi à gérer le trac au moment de la prise de parole au micro … Aussi la renouvellerai-je peut-être bientôt, d’autant plus que l’ambiance est très conviviale dans le studio.

Notes

[1] "Parlons Libre" l’émission animée par ALL sur Radio Clapas

Vernissage d’Olivier Menu, artiste peintre

Ce soir, je suis allée au vernissage de l’exposition de l’artiste peintre Olivier Menu qui se tenait au resto « les jardins de la babote ».

Vernissage

Les salles voûtées en pierre, la déco marocaine de l’endroit et les bougies mettaient parfaitement en valeur les toiles de l’artiste … châleur, mélange en harmonie des matières, rondeurs … une sensation de bien-être se dégageait de l’ensemble.
J’ai particulièrement aimé ses dernières toiles, « évolution », mais surtout « berceau de la vie ».

J’ai également apprécié le vin proposé pour l’occasion, la cuvée Marcelle 2002 du domaine de Verchant à Castelnau Le Lez, un bon vin bien équilibré aux notes de fruits rouges.

Ce fut une belle soirée conviviale et Olivier Menu, cet artiste fort sympathique, mérite d’être connu … et reconnu.

Un agrégateur RSS pour ne rien rater

Le concept des blogs avec cette notion de partage et d’échange d’idées comme de passions m’intéresse de plus en plus, et la liste de mes favoris s’étend de jour en jour. Mais l’information évoluant à toute vitesse, je songeais, sans trop savoir lequel choisir, installer rapidement un agrégateur sur mon PC pour ne rien manquer.

Et voilà que ce matin je tombe sur le billet de Kozlika «  RSS c’est hyper fastoche » qui suggère l’agrégateur Feedreader.

Pourquoi ne pas tester celui-là pour commencer ? Ni une, ni deux, je suis le mode d’emploi si aimablement communiqué : clique je télécharge, installe et créé ma liste d’abonnements en moins de temps qu’il ne faut pour le dire…. trop facile !

Merci kozlika.

Quelques définitions :

  • RSS « Rich Site Summary » ou « Really Simple Syndication » :
    C’est la description synthétique du contenu ou d’une partie du contenu d’un site web, dans un fichier au format XML, afin de permettre son exploitation par des tiers.
  • XML « eXtensible Markup Language » :
    C’est un langage HTML amélioré permettant de mettre en forme des documents grâce à des balises (markup).
  • Fil RSS :
    C’est un simple fichier texte contenant des informations structurées au format XML, permettant de décrire de façon fine le contenu du canal et de chacun des items qui le constituent.
  • Agrégateur RSS :
    C’est un logiciel utilisé depuis un ordinateur connecté à Internet. Ce lecteur de fils RSS permet de s’abonner à des sites Web dont on connait l’adresse du fichier backend et de consulter les dernières nouveautés de tous ces sites sans en afficher les pages.

Garfieldd – la sanction

J’ai appris la nouvelle aujourd’hui dans le Midi Libre, plus de révocation pour M. le proviseur mais une suspension d’une année avec un sursis de six mois. Cest mieux que le pire !

Maître Eolas fait le point sur son blog et considère la décision de Gilles de Robien comme une victoire pour Garfieldd. Certes ! Mais tout celà me laisse un arrière goût amer de chasse aux sorcières et un grand doute sur la liberté d’expression dans notre pays … Beaucoup de faits de société m’amenaient à penser jusque là que nous étions rentrés dans le siècle de la régression. Ca se confirme !

Quoiqu’il en soit, merci à vous Maître pour votre billet tout en nuances et bonne continuation M. le proviseur, en espérant qu’on ne vous mette pas dans un placard à la rentrée et que vous vous en sortiez d’ici là.

Humeurs rangées dérangées et dérangeantes d'une prétendue psychotique