Confinement : L’heure Sinclar

Tous les jours à 14 heures c’est le rendez-vous avec Bob Sinclar en direct de chez lui à Marseille.

Avec 35000 disques at home, il a de quoi nous préparer de bons sets chaque jour.

Quel pied ! Un coup de blues et hop il suffit de le suivre pour aller mieux. Il nous communique sa pêche.

Day 32 – Lockdown – French Touch Disco House Session
#ensembleàlamasion #togetherathome

Sexy boy ! J’ai toujours eu un faible pour les mecs fins et musclés.

Mise à jour : Rhô la la le set du Day 33 -Disco Session Vol.4, m’a éclatée !

Confinement : Parler me semble ridicule …

Tristesse du matin … RIP

Il est six heures au clocher de l’église
Dans le square les fleurs poétisent
Un homme va sortir de la mairie
Comme chaque soir je l’attends
il me sourit
Il faudrait que je lui parle
A tout prix
Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu’on dit avec les yeux
Parler me semble ridicule
Je m’élance et puis je recule
Devant une phrase inutile
Qui briserait l’instant fragile
D’une rencontre
D’une rencontre

Je lui dirai les mots bleus
Ceux qui rendent les gens heureux
Je l’appellerai sans le nommer
Je suis peut-être démodé
Le vent d’hiver souffle en avril
J’aime le silence immobile
D’une rencontre
D’une rencontre

Il n’y a plus d’horloge, plus de clocher
Dans le square les arbres sont couchés
Je reviens par le train de nuit
Sur le quai je le vois
Qui me sourit
Il faudra bien qu’il comprenne
A tout prix

Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu’on dit avec les yeux
Toutes les excuses que l’on donne
Sont comme les baisers que l’on vole
Il reste une rancœur subtile
Qui gâcherait l’instant fragile
De nos retrouvailles
De nos retrouvailles

Je lui dirai les mots bleus
Ceux qui rendent les gens heureux
Une histoire d’amour sans paroles
N’a pas besoin du protocole
Et tous les longs discours futiles
Terniraient quelque peu le style
De nos retrouvailles
De nos retrouvailles

Je lui dirai les mots bleus
Ceux qui rendent les gens heureux
Je lui dirai tous les mots bleus
Tous ceux qui rendent les gens heureux
Tous les mots bleus

Christophe, tous ces slows qui ont bercé ma jeunesse, tant de morceaux que l’on connaît par cœur, ses mots, ses phrases…

Bien sûr que son art n’est pas réduit qu’aux mots bleus…

Confinement : Enfin une explication claire !

Piqué sur FB,  mais je ne connais pas l’auteur.  Si je le trouve je le cite 😉

Bref pour ceux qui sont un peu perdus ces derniers temps sur ce qui est autorisé ou non en France,  ce résumé qui permet d’y voir plus clair circule :

1. Vous ne pouvez pas quitter la maison en principe, mais si vous en avez besoin, vous pouvez quand même vous autoriser à sortir.
2. Les masques ne servent à rien, mais il faudrait peut-être en porter, ça peut sauver, ça sert à rien mais ça sera peut-être obligatoire. Mais de toute façon, il n’y en a pas.
3. Les magasins sont fermés, sauf ceux qui sont ouverts.
4. Il ne faut pas aller dans les hôpitaux, sauf s’il faut y aller, même chose pour les médecins, il ne faut y aller qu’en cas d’URGENCE à condition que vous ne soyez PAS MALADE (?!?)
5. Ce virus est mortel, mais pas trop effrayant néanmoins, sauf que si parfois, en fait ça va être une catastrophe planétaire qui va faire dix fois moins de morts que la grippe saisonnière.
6. Les gants n’aideront pas, mais ils peuvent aider quand même.
7. Tout le monde doit rester à la MAISON, mais il est important de SORTIR
8. La nourriture dans le supermarché ne manquera pas, mais il y a plein de choses qui manquent si vous y allez en fin de journée mais il ne faut pas y aller le matin.
9. Le virus n’a pas d’effets sur les enfants sauf sur ceux sur qui il en a…
10. Les animaux ne sont pas atteints, mais il y a malgré tout un chat qui a été testé positif en février, quand on ne testait encore personne, mais ce chat oui (?!?)
11. Vous aurez de nombreux symptômes si vous êtes malade, mais vous pouvez aussi tomber malade sans symptômes, avoir des symptômes sans être malade ou être contagieux sans symptômes. Ah ? Bref ???
12. Pour ne pas être malade, vous devez bien manger et faire du sport, mais manger malgré tout ce que vous avez sous la main et c’est mieux de ne pas sortir, de faire du sport, enfin si, mais non…
13. Il est préférable de prendre l’air, mais vous serez très mal vu si vous allez prendre l’air, et surtout n’allez pas dans les parcs, ou alors sans vous asseoir, sauf que maintenant si, vous pouvez si vous êtes vieux (à quel âge on est vieux ?!?) mais pas trop longtemps ou enceinte (mais pas vieille).
14. Vous ne pouvez pas aller chez les personnes âgées, mais vous devez vous en occuper et apporter des courses et des médicaments.
15. Vous ne pouvez pas sortir si vous êtes malade, mais vous pouvez aller à la pharmacie. Pour les soignants, même avec de la température, vous pouvez travailler, allez, pas plus de 38°C… 37,9 c’est pas grave, sauf si vous n’êtes pas soignant.
16. Vous pouvez commander la livraison de plats préparés qui l’ont peut-être été par des personnes qui ne portaient ni masques ni gants. Mais il faut laisser décontaminer vos courses pendant 3 heures dehors. Sans rompre la chaîne du froid bien entendu. La pizza aussi ?
17. Chaque article ou interview inquiétant commence par les mots « Je ne veux pas semer la panique, mais… ». Et le moindre journaleux est devenu un expert en épidémiologie…
18. Vous ne pouvez pas voir votre mère ou votre grand-mère âgées, mais vous pouvez prendre un taxi et rencontrer un chauffeur de taxi âgé.
19. Vous pouvez dormir avec votre femme (ou assimilé) et lui faire l’amour. Mais si prenez la voiture (il est interdit de sortir !), elle doit s’asseoir à l’arrière.
20. Mais on vous dit que se promener avec la bonne « distanciation sociale » n’est pas dangereux alors pourquoi on ne peut pas se promener avec d’autres amis ou de la famille (un à la fois) si on est dehors à la bonne distance ? Réponse : parce que.
21. Le virus reste actif sur différentes surfaces pendant deux heures, non, quatre, non, six, non, on n’a pas dit des heures, c’est peut-être des jours ? Mais il a besoin d’un environnement humide. Oh non, en fait pas nécessairement.
22. Le virus reste en suspension dans l’air enfin non, ou oui, peut-être, surtout dans une pièce fermée, en une heure un malade peut en contaminer dix, donc si ça tombe tous nos enfants ont déjà été contaminés à l’école avant qu’elles ne ferment
23. On compte le nombre de morts mais on ne sait pas dire combien de personnes sont infectées, puisque jusqu’ici on a testé que ceux qui étaient « presque morts » pour savoir si c’était de ça qu’ils allaient mourir…
24. On n’a pas de traitement sauf qu’il y en a peut-être un, qui n’est apparemment pas dangereux sauf si on en prend trop (ce qui est le cas de tous les médocs, non ?)
25. On devrait rester confinés jusqu’à la disparition du virus mais il ne va disparaître que si on arrive à une immunité collective et donc à condition qu’il circule… et pour ça il faut qu’on ne soit plus confinés…

C’est exactement la situation dans laquelle on vit en ce moment, grand flou artistique !  Ha ha  !

Confinement : Vrac de tout et rien

Aujourd’hui j’ai sorti du congélo un rôti de chapon fourré que j’avais acheté pour les fêtes de fin année, espérant de la visite. Personne n’est venu, du coup je fête Pâques avec. D’habitude je ne fête jamais Pâques, pas de repas de famille, rien. Pourquoi ne pas me faire plaisir ? Rien de tel qu’un bon repas accompagné d’un bon verre de vin même en solitaire. En ces temps d’isolement c’est bon pour le moral.

Avant de me lancer dans la cuisine, ce matin j’ai fait une marche rapide autour du quartier. C’était vite fait, en 40 minutes c’est bouclé.
Pas vu grand monde sur mon chemin, juste la queue à la boulangerie. Un bonjour par ci, un bonjour par là pour entendre le son de ma voix et croire, ma foi, en un semblant de vie sociale.

Depuis un mois je n’ai pas abusé des sorties. J’ai fait 2 fois les courses, et 3 fois le tour du quartier. Le reste du temps je fais le chat d’appartement, d’ailleurs je deviens un chat. Je dors, je mange, je m’agite un peu pour me distraire, je dors, je mange …. Et surtout je me tape des séries.

J’ai visionné American crime story sur le procès médiatisé de O.J. Simpson ;
les saisons de la Méthode Kominsky, l’histoire de deux vieux potes sur le déclin, série touchante, j’ai adoré ;
Unbelievable aussi, histoire vraie de Marie accusée d’avoir menti sur son viol, c’est dur et bouleversant ;
Et j’ai commencé La Casa de Papel, il n’est jamais trop tard. J’en suis au début de la saison 3, suis accro.
Je joue aussi, beaucoup. Pour changer de Candy Crush, je me suis mise à Forge of Empires. Ça occupe.

Souvent je pense à mes enfants, à mes petites-filles. Ils sont loin, pas beaucoup de contacts, voir aucun pour certains. C’était déjà comme ça avant, alors pourquoi cela changerait-il en cette période particulière ? Il n’empêche que je m’inquiète. Leur présence me manque énormément. J’espère qu’ils vont bien, et que tout se passe au mieux pour eux.

Je pense aussi à mes amis, mes copines, qui sont là, pas très loin, sans qu’on puisse se voir. Pour combien de temps encore ? De temps en temps on s’envoie des messages pour être sure que tout va bien.

A la sortie on saura vraiment qui sont les gens qui nous aiment, nous apprécient, tiennent à nous, ça c’est sur ! Le tri se fait naturellement. Des liens se renforcent et d’autres s’estompent définitivement.

Il y a des moments j’ai des coups de blues, des montées de larme, la solitude se fait sentir. Mais je relativise et ça ne dure pas.

Contrairement à ce que déclare notre Président, nous ne sommes pas en guerre.
La guerre ce n’est pas ça. Nous ne recevons pas de bombes sur la tête. Notre immeuble ne risque pas de s’écrouler sur nous. Nous ne risquons pas d’être tués ou blessés pas des balles à chaque fois que nous tentons de sortir. Et nous n’avons pas à nous cacher dans des caves sans aération pendant des jours.
Nous sommes en sécurité. Nous avons de l’eau, de l’électricité, de quoi manger, une connexion Internet. C’est le luxe. Et tout ce que nous avons à faire est de rester tranquillement chez nous dans notre confort pour ralentir la propagation de ce putain de virus !

A d’autres moments j’ai la colère qui me monte. Surtout quand je vois le dispositif que doivent mettre en place des communes pour empêcher l’arrivée de ces irresponsables qui n’en ont rien à faire du confinement et pensent passer leurs vacances de Pâques sur le littoral dans leur résidence secondaire, ou dans leur famille.

93071337_10158390723539391_6076074196243316736_n
Mais qu’est-ce qu’ils n’ont pas compris dans le mot confinement ? Trop, beaucoup trop de m’en foutistes égoïstes dans ce pays.

Le prétexte de « Oui on a travaillé toute notre vie pour se payer une maison de campagne, on a le droit d’y aller. » Non, franchement non ! surtout que j’ai entendu ça de la bouche d’un mec qui a à peine 30 ans ! Mais ferme donc ta bouche d’arrogant, Ducon ! Tu as encore du lait qui sort de ton nez quand on le pince ! Pense donc à tous ceux qui ont réellement travaillé toute leur vie et qui n’ont rien d’autre qu’un petit 4 murs sans extérieur où se confiner.
Si vous vouliez confiner  dans vos maisons de campagnes, dans vos résidences secondaires, fallait y aller dès le début du confinement, bande de nazes ! Pas en cours de route en embarquant avec vous le Covid-19 dans des contrées qui ne sont pas suffisamment équipées pour l’affronter en masse !
Bref ces comportements m’énervent.

Au final une lutte qui devait être commune, ne l’est pas ! C’est rageant. Ça laisse présager que rien ne changera jamais.
D’ailleurs comment se passera l’après ? That is the question. Cette saloperie a arrêté le temps. Personne n’a le pouvoir de prédire ce qu’il va se passer ensuite. Mais avec la capacité que l’humain a à oublier les leçons de l’histoire, je crains qu’on oublie celle-ci, et que rien ne change jamais.

En attendant la nature continue de vivre sans nous, elle se régénère. Les animaux sauvages vaquent enfin libres d’aller où ils veulent. C’est le printemps !

Confinement : Le pire des exemples donné par le haut de l’État

Revue des infos du matin et … mais mais mais c’est un montage, c’est pas possible, ce sont des images d’il y a plusieurs mois  !

Ben non c’est la réalité, en plein confinement celui qui aurait du donné l’exemple, notre Président de la République lui même, a provoqué un attroupement dans la rue hier à Pantin en sortant d’un centre de soins.

Alors là je suis consternée !

Au lieu de filer direct dans son véhicule après sa visite, il s’arrête tranquillou pour saluer les habitants agglutinés qui n’avaient d’ailleurs rien à faire dehors.  Les gardes du corps sont collés serrés derrière lui et les journalistes devant.  Et bien sûr, personne ne respecte les règles de sécurité. Distanciation sociale tu parles ! Comme en temps normal quoi !

Annotation 2020-04-09 134137

M’enfin ! On est en confinement  ! C’est quoi cet exemple !

Nous dire qu’on est en guerre,  qu’il faut rester chez nous, et ensuite nous envoyer cette image là ! C’est pitoyable, irresponsable.
Les restrictions ne sont déjà pas claires pour tout le monde. Un tel comportement me met en colère tiens ! Cet homme est un grand malade !

Et pendant ce temps, les premières lignes  n’ont pas ce qu’il faut pour se protéger et travaillent dans l’angoisse.
Face à la pénurie de protections, professionnels et amateurs prennent des initiatives solidaires pour  leur en fournir  fabriquées avec les moyens du bord.
Tandis que nous, citoyens disciplinés,  nous cherchons par tous les moyens à nous bricoler des masques avec des bouts de nos fringues pour pouvoir sortir en protégeant les autres de nos miasmes  à défaut d’être protégés nous-mêmes ! sic !

Deux mondes !

Mais bon sang, on ne veut pas  voir des opérations de communication irresponsables.  On ne veut pas voir des parades inutiles de l’Etat qui n’ont pour objet que de constater ce que l’on sait déjà.

On veut des moyens et des actions concrètes et efficaces bordayyyl ! La débrouille ça suffit !

L’État est vraiment nul en gestion de crise.  Zéro en communication, zéro en logistique, manque d’humilité, bourdes sur bourdes, blablas incommensurables de bêtises de la part des représentants. Heureusement qu’on a encore des maires  et des collectivités locales qui assurent…

Confinement : Le tour du quartier

Oh là là mais quel miracle ! Au bout de 3 semaines de confinement je suis enfin sortie de mon antre pour marcher !!
Et oui je suis bien chez moi, que voulez-vous que je vous dise. Depuis le début je ne suis sortie que 2 fois pour faire des courses et voir mon toubib.
Il était donc temps que je me secoue un peu le popotin. Alors motivée, d’un bon pas, j’ai fait le tour du quartier, avec mon autorisation de sortie en poche bien sûr.

Et bien dingue ! On perd vite le rythme à ne rien glander. Je ne vous raconte pas dans quel état d’essoufflement je suis revenue à l’appart. Et le genou prothèsé, ouille ouille ouille, je n’aurais pas cru qu’il me fasse mal aussi rapidement le salopiaud !

Là va vraiment falloir que je me pousse pour marcher tous les jours si je ne veux pas que ma condition physique se dégrade encore plus.

En attendant je me suis quand même régalée lors de ma petite sortie. Mais les plages désertes, les rues vides, ce calme incroyable en début de vacances de printemps, ça fait quand même bizarre…

Plage de la Corniche, non non non tu n’iras pas !
Base nautique
Base nautique
Port des Quilles
Plage des Quilles
Plage des Quilles
Plage de La Fontaine
Plage de La Fontaine
Du vert sur la dune
Un air de printemps …
Plage de la Fontaine et plus loin plage du Lido
Plage de la Fontaine et plage du Lido
Accès plages interdit !
Place Roger Thérond déserte
Du jamais vu !
Prendre mes aises sur la route …
Le School bus est désespérément solitaire sur l’aire de fitness des Salins
Un peu de sport …
Retour par la passerelle sur le canal des Quilles
Parking de la piscine vide ça fait bizarre …
Et voilà j’ai fait le tour du quartier !

Même si ce vide surréaliste devient angoissant, il n’y a pas à dire je suis une privilégiée de vivre ici.

Ah oui au fait, une grande majorité des personnes que j’ai croisées portaient un masque.  Je me demande bien où elles les ont trouvés !!???

Confinement : Bande de crevures !

Il y a des gens bons, mais alors qu’est ce qu’il peut  y en avoir de mauvais c’est dingue. L’être humain est vraiment capable du pire comme du meilleur.

Je suis consternée par le comportement irrationnel de certains de mes compatriotes.  Aussi vils que les collabos de la seconde guerre, ces crevures traitent  les soignants, les pompiers et pas que, comme des pestiférés. Avec le confinement décidément, le venin, la bêtise et la méchanceté sont de sortie !

Entre  les propos  désagréables, les messages de menace dans les boîtes à lettres,  les demandes de changer de commerce, jusqu’à l’expulsion de certains soignants de leur logement, les cas se multiplient dans toute la France. C’est scandaleux,  inacceptable, illégal.

Les dernières saloperies  du coin :

A Montarnaud un propriétaire a viré une infirmière et sa famille de son logement.

“Ils m’ont dit : on s’en fout que vous attrapiez le virus et que vous mourriez avec. Du moment que vous mourrez pas chez nous. Le pire, c’est qu’au début du confinement, on leur faisait leur course pour qu’ils ne sortent pas de chez eux”

A vomir ces gens ! Une plainte a été déposée et une enquête préliminaire a été ouverte par le paquet. J’espère qu’elle va aboutir et qu’ils vont payer cher !

Dans la série, hier le Président du département de l’Hérault a du passer un communiqué pour soutenir ses sapeurs-pompiers menacés par des messages anonymes d’intimidation dans leur boîte au lettre,  devant leur porte ou sous l’essuie glace de leur voiture.

Les originaux de ces messages dégueulasses ont été remis à la police scientifique . J’espère  que celle-ci trouvera de qui ça vient et que les agissements de ces vermines ne resteront pas impunis.

La dernière du jour, une infirmière en réanimation s’est vu refuser d’être servie par la gérante d’un tabac très connu de Sète. Alors là elle, elle va droit au boycotte !

Non mais oh ! On va où là,  bande de crevures ?  Qui va venir à votre secours quand vous en aurez besoin ? Qui va vous soigner ? Et le soir à 20 h vous faites quoi, lâches que vous êtes ? Vous applaudissez ?

Ne croyez pas que vous allez vous en sortir comme ça !

Message de la Police Nationale :

[VOS SIGNALEMENTS] Ils sauvent des vies chaque jour. Pourtant, leurs voisins les accusent de répandre le COVID-19 à cause de leur profession (ce qui est faux) : vous êtes nombreux à vous indigner des menaces subies par certains soignants lorsqu’ils rentrent chez eux.

Vous êtes victime de tels actes ? Sachez-le : nous ne les laissons pas impunis.
1️⃣ Prenez en photo le papier supportant les menaces et protégez-le pour les recherches de la police scientifique.
2️⃣ Déposez plainte auprès de nos services.

Les premières lignes ont bien du courage d’affronter tout ça ! Un grand merci à eux ! ❤

Confinement : Privilégiée

En cette période de confinement je pense encore plus aux sans abri, aux démunis, aux fin de droit, aux femmes battues, aux enfants maltraités, aux personnes malades,  handicapées, aux confinés dans des « cages à lapin », et à tant d’autres mal lotis.

C’est terrible pour eux ! Le confinement ne fait qu’accentuer leurs difficultés.

Si ce confinement était tombé quand je n’avais à peine plus de 500 € par mois pour vivre, il n’y a pas si longtemps,  Je ne sais pas comment j’aurais fait. Encore moins à l’époque où je n’avais plus rien, et que j’avais mes 2 enfants en bas âge à nourrir. Et quand j’étais mariée à un mari violent… Mon dieu, je n’ose pas y penser !

Aujourd’hui Je me sens vraiment privilégiée. A  la retraite, J’ai l’assurance d’avoir ma petite pension qui tombe tous les mois. A moi de la gérer intelligemment pour pouvoir assurer toutes mes dépenses.  J’ai de quoi manger, et surtout j’ai un toit sur la tête avec une vue superbe, de quoi ne pas souffrir de claustrophobie quand je ne peux pas sortir comme en ce moment.

Oui je suis devenue une privilégiée. Il ne me manque provisoirement que la liberté de bouger. Pour le reste ça va. En plus j’ai un avantage, j’ai l’habitude de la solitude.

Certes parfois j’ai des coups de blues, séquelles d’un lourd passé qui a déclenché en moi une dépression chronique avec ses hauts et ses bas.  Mais heureusement ça passe aussi vite que c’est venu. Je suis humaine après tout.

Quand ça m’arrive, je prends du recul, je relativise.
De penser à tous ceux qui sont en situation précaire  et pour qui la situation n’est pas prête de s’améliorer, ça aide.
Ce confinement n’est ma foi que temporaire.

Au bout du tunnel, la lumière ! Courage !

Confinement : début de dépression

Je devrais sortir faire des courses, plus grand chose à manger. Rien que le fait de penser que je dois aller dans les magasins m’angoisse. Je crois que je deviens casanière à l’extrême.

Finalement je ne sortirai pas aujourd’hui.

Nostalgique, j’écoute mes idoles d’autrefois. Al Kooper qui berçait mes moments de solitudes ; Janis que j’écoutais à chaque coups de blues ;  Joe Cocker qui a meublé toutes les étapes de ma vie.

Et c’est reparti pour l’album  « Mad Dogs & Englishmen », mon préféré.

Je tourne en rond. Mal à la tête, au dos. L’oesophage, la vésicule, me brûlent. La routine…

La télé me saoule. Je n’arrive pas à lire,  la concentration me manque. Je sature des réseaux sociaux, n’importe qui raconte n’importe quoi !

J’ai laissé tomber mes bonnes décisions de monter / descendre l’escalier pour m’activer un peu.

Envie de parler à personne, personne à qui parler. Je n’arrive même plus à parler à mon chat. Manque le son d’une voix humaine qui ne sorte pas d’une « boîte ». Manque d’être entourée par des personnes aimantes  ….

Envie de rien. Juste envie de me pelotonner sur mon canapé et de me laisser partir.

Les larmes me montent.

Ce vide autour de moi, pour combien de temps encore ?

Je crois que je sombre doucement mais surement dans la dépression. Et dire que je m’en étais sortie. Quelle merde ! Décidément on n’est jamais complètement guéri de cette saloperie.

Et dire que mon toubib m’avait prévenue…

Penser qu’il y a pire. Il y a tellement pire ! Tiens le coup, surtout tiens le coup. Ça ne va pas durer !

Je sais que ça va démanger certains de faire des commentaires culpabilisants. Abstenez-vous ! Ce coup de blues ne va certainement pas durer.

Depuis 2005, blog exutoire à l'ancienne avec des tranches de vie et des humeurs rangées dérangées et dérangeantes dedans