Archives du mot-clé boulot

Ma parole, ils m’ont prise pour Mary Poppins !

Un peu beaucoup surbookée au taff en ce moment ! Les p’tits gars m’ont chargée à bloc, surtout ces dernières semaines, pour partir tranquillou en vacances, négligeant bien sûr ce qui était humainement possible de réaliser… seule !

En partant de rien, ils veulent tout d’un coup, genre on claque des doigts, et oh magie ! voilà, c’est fait !

Mais bien sûûûr !

Vont être surpris en rentrant de constater que je ne suis pas Mary Poppins !

Et surtout quand  je vais les ramener à la réalité. Allo la lune, ici la terre :

L’urgent est fait, l’impossible est en cours, pour les miracles, prévoir un délai…

ah mais !

Et voilà le courrier de Pôlo tant rêvé

Objet : Décision de cessation d’inscription

Madame,
Ayant repris une activité professionnelle depuis le 02 janvier 2012, vous cessez d’être inscrite sur la liste des demandeurs d’emploi à compter du 02 janvier 2012, conformément aux dispositions du code du travail (1).

Si vous bénéficiez du RSA, blablabla.

Si par ailleurs vous avez reçu une convocation de Pôle emploi, merci de ne pas en tenir compte.
blablabla.

Veuillez agréer, Madame, mes salutations distinguées.

Du rêve à la réalité, et adieu va ! Je ne vous raconte pas le ménage que j’ai fait sur mon disque dur. Il n’y a pas que ma tête qui est soulagée.

Dorénavant CDIste, ce billet est donc mon dernier billet de chômeuse. Quand je pense à toutes ces années de galère, j’ai du mal à atterrir. Mais si c’est bien vrai. Exit mon statut de chômeuse. Même pas mal ! Faut juste que je tienne jusqu’à la retraite… dans 12 ans.

Je reste bien sûr solidaire de mes petits camarades d’infortune moins chanceux. 🙂

CDI !

Je me sens un peu comme un sportif après une longue épreuve en solitaire très difficile… un marathon, un triathlon, les jeux olympiques carrément avec tout le stress que ça génère ! J’ai gagné la médaille d’or, le fameux CDI ! Euphorique, le cerveau illuminé je suis dans un état second.

J’y crois, sans y croire, mais  en y croyant quand même puisque la paperasserie qui va avec a commencé. Tu dois fournir ci, et ça ; t’as le droit à ci, et à ça ; tu dois lire ci,  remplir ça ;  signer là ;  suivre une tripotée de trainings internes…

Non sérieux ce n’est pas un rêve, c’est bien une réalité. Après 10 ans d’une galère innommable, j’ai vraiment décroché ce fameux CDI tant espéré ! à 55 ans en plus, et toc !

Là je fais la nique à toutes les entreprises qui m’ont trouvée trop vieille, ou avec trop de ci et pas assez de ça… tra la lère  et dans la foulée nique la crise, et bisque bisque rage  !

Je fais la nique à tous les fokon-yaka, les « cherche autre chose » qui ne savent ni ce que tu cherches ni les démarches engagées, les « n’insistes plus tu dois partir ailleurs », partiiiir partiiiir… et avec quoi ? et où donc ? sur la lune peut-être, ou sur mars…  non mais des fois ! Et puis faites gaffe de ne pas trébucher à votre tour sur la marche tiens ! Vous risqueriez de tomber encore plus bas que moi…

Je fais la nique aussi à tous ceux qui ont trouvé mes propos factuels trop négatifs, qui m’ont mise à l’écart, et même rejetée comme une merde pour certains. Là carrément je vous emmerde ! Et oui je suis grossière, parce que bon, faut pas déconner non plus ! Quand on vit de chômage, de discrimination, de solitude, de pauvreté, et de précarité, on ne parle pas des choses de la vie avec des roses et des p’tits coeurs plein la bouche, ne vous en déplaise ! On les raconte telles qu’elles sont. Noir c’est noir, c’est pas négatif, et blanc c’est blanc, et pas positif non plus, ah mais !

En passant, je ne remercie pas tous les formateurs, coachs, et autres donneurs de leçons qui ont voulu me transformer en quelqu’un d’autre sur mon CV, et pas que, sans regarder qui j’étais vraiment, parce que c’est la mode et plus vendeur selon eux. A cause d’eux, déjà assommée par la culpabilité,  je me suis un peu perdue de vue un certain temps, au point où je ne savais même plus comment me présenter devant un employeur tellement je ne me reconnaissais pas.

Par contre je remercie ce blog et tous mes blogopotes qui sont restés bien présents malgré la distance quels que soient mes hauts et surtout mes bas, Luv on you !

Je remercie ma conseillère Pôle emploi, et oui, qui a toujours cru en moi et en mes méthodes, même quand je n’y croyais plus. « Votre façon de faire est la bonne, continuez comme ça, n’écoutez personne d’autre que vous, vous allez trouver ! »  m’a-t-elle dit la dernière fois que nous nous sommes vues…

Je remercie mes trèèèès rares amis qui ne m’ont jamais lâchée,  que le bonheur soit avec vous ! Darling surtout, ça c’est pour toi. 😉

Pour finir,  je remercie vivement mon « sale caractère » et mes coups de gueule grâce auxquels je n’ai pas coulé à pic ! Je me remercie d’avoir été capable d’envoyer bouler quand il le fallait et surtout pour me préserver tout ce qui chargeait un peu trop mes frêles épaules . Je remercie mon authenticité, ma persévérance et ma pugnacité grâce à qui, nom de dieu j’ai décroché ce job et au final ce CDI. Parce que merde quand j’y suis, moi je bosse pour de vrai et je ne lâche rien !

Début de contrat : 01/01/2012 ! le début d’une nouvelle vie…

Alors la retraite, c’est pour quand ?

Bon et bien voilà, j’ai reçu l’estimation de l’assurance retraite me concernant. Les choses sont claires, si je veux toucher une retraite à taux plein, faut que je m’arrête le 01/11/2023 ! à 67 ans donc, ce qui me laisse une sacrée marge !

Si tout va bien, l’estimation me calcule, après 47 ans de vie active ponctuée de périodes de chômage, un mensuel de 1000 euro et des brouettes…. C’est en brut bien sûr, pas en net, c’eût été trop beau.

Je pourrais  éventuellement m’arrêter avant, genre à 62 ans me dit le papier, mais… bon vous l’aurez compris, vue l’estimation annoncée en arrêtant 5 ans plus tôt, ça ne le fait vraiment pas…  faut payer les charges , le loyer (et bien non je ne suis pas propriétaire), et bouffer un minimum quoi ! et comme je n’ai eu que deux enfants et pas trois, il n’y aura pas de majoration…

Il va donc  me falloir bosser pendant 12 ans encore, et je dis bien bosser, pas chômer.

Cross the fingers. Me reste plus qu’à espérer que la mission que j’ai trouvée me porte chance… Parce que, quand je pense au mal que j’ai eu ces dix dernières années à trouver un job, quand je vois la dégringolade de ma courbe de salaires annuels depuis 2000, tout ça pour cause de senioritude aigue, et accessoirement de crise… ça me fiche vraiment les boules, il faut bien le dire !

Non sérieux, les entreprises, faut changer de mentalité là, ça peut plus durer. On n’est pas foutu à 45 ans. Pour beaucoup  il nous reste encore  plus de 20 ans à bosser quand on a cet âge là, c’est énorme 20 ans ! Faites un effort merde ! Vous ne savez pas ce que vous perdez en plus, en faisant la fine bouche face aux anciens. pfff…

D’ailleurs, il faudrait que ça rentre une bonne fois pour toute dans les esprits, sauf exceptions, un quinquagénaire n’est pas arrivé à l’âge de la retraite ! c’est le sexagénaire qui s’en approche. Et je dis bien s’en approche, car la retraite à taux plein c’est plus vers les 70 ans que vers les 60 ans…

Et si vous ne voulez vraiment plus de nous, ben il reste quoi comme soluce ? flinguer tous les seniors dès qu’ils atteignent l’âge fatidique de… 45 ans. Remarquez, on réglerait comme ça, et le problème du chômage, et celui des retraites, et celui de pauvreté des retraités, et celui de la sécu, parce que ça coûte cher les vieux, ça tombe malade, c’est sujet à l’absentéisme, toussa, toussa ! hahaha ! nannn je rigole ! On pète la forme qu’est-ce que vous croyez !

Trêve de plaisanterie, ça n’empêche qu’il me reste à ce jour encore 12 ans à bosser…  ou plus encore, si le chômage continue à s’incruster…

Reprise facile

Pour beaucoup la reprise est difficile en ce début d’année, et bien pas pour moi. Je suis très contente que « ces vacances » se terminent. Le monde des asso. est en léthargie depuis mi décembre, et à part la visite de la famille de ma fille pour Noël, je n’ai vu personne jusqu’au 2 janvier. Quoi qu’il arrive la période des fêtes de fin d’année reste toujours très calme… J’ai donc été ravie de retrouver mes nouveaux collègues et cette ambiance de travail qui me change de ce que je vis depuis une petite dizaine d’années.

Ce remplacement semble donc de bon augure. Je n’avais pas éprouvé autant de plaisir à aller au boulot et je ne m’étais pas sentie aussi légère depuis bien longtemps… Et puis je suis tellement contente de ne pas m’être retrouvée au chômage en fin d’année avec tout ce que ça aurait encore impliqué comme catastrophes, que j’en respire, mais alors, vous ne pouvez pas savoir à quel point ! Un énième réveillon en solitaire, à côté de ça, c’est du pipi de mouche !

La roue serait-elle en train de tourner dans le bon sens cette fois ? Le vent soufflerait-il enfin en ma faveur ? Je l’espère de tout coeur… 🙂