Archives du mot-clé voeux

2014, changer le cours de ma vie !

Pas de youp La Boum en cette fin d’année… le passage 2013 à 2014 a été celui d’un jour ordinaire, même pas de bon vin pour arroser ça et encore moins de bon miam miam qui sorte de l’ordinaire. Un jour banal, une soirée banale et un lendemain banal. Tout ça à l’image de l’année 2013 que j’ai passée, plus que morose et routinière…

Bref rien de nouveau dans mon pré carré, juste maison/boulot, ce genre de boulot où non seulement il n’y a pas de caressage dans le bon sens du poil, mais qui en plus vous désocialise complètement jusqu’au jour où vous vous rendez compte que grâce à lui, ou plutôt à cause de lui, vous êtes entourés de… « désertitude ». Plus de réseau pro ou autres, plus de potes, plus d’amis près de moi (d’ailleurs le seul vrai que j’avais s’en va loin), rien, rien d’autre que soi. Bon d’accord ce n’était déjà pas très folichon avant, les choses de la vie faisant, la tendance a toujours été à la solitude, genre démerde toi ma fille, mais là ! ça ne s’est pas arrangé avec le temps ! pffff grand vide !

Ceci dit je m’en tape, je m’y suis tellement faite, qu’un peu plus un peu moins… Je constate c’est tout. D’ailleurs c’est surement ma destinée. Je fais donc définitivement avec, sans larme, ni amertume, c’est ainsi. De toute façon ce monde de commères qui n’a de cesse de mettre en valeur les crétins et de s’intéresser qu’au superficiel ne me correspond pas. A la longue je n’ai plus rien à dire, et mes congénères doivent me trouver inintéressante. C’est de bonne guerre.

Alors donc puisque c’est comme ça, chaque fois que je le pourrai, plutôt que de rester connement seule chez moi dans cette ville où finalement je ne suis jamais arrivée à m’intégrer depuis toutes ces années (faut dire que les relations sont tellement superficielles quoi qu’on fasse, dur dur !), et bien je m’envolerai ailleurs, loin, vers d’autres contrées, jusqu’au jour où, peut-être loin là-bas, ou allez savoir près d’ici aussi, le hasard fera que…

Voilà, j’ai donc mis en route le chambranle voyages. Je me souhaite ainsi de belles rencontres, et surtout de découvrir en cette nouvelle année l’opportunité de changer la médiocrité du cours de ma vie.

Bonne année à tous, et que vos souhaits les plus fous soient exaucés !

Bonne année 2013 !

Bon et bien nous y voilà ! Une année de plus de plus qui s’est terminée.
Pas une année de la loose pour moi en tous les cas, puisque ça fait un an que je bosse au point que, la tête à fond dans le taff, je n’ai rien vu passer.
Et puis maintenant, après toutes ces années plus que difficiles, j’ai enfin de quoi me loger, me nourrir, me vêtir, me soigner. Et c’est pas rien !

Qu’espérer, que souhaiter pour cette nouvelle année donc ?
A vous tous qui passez par là, que vos voeux soient exaucés.
Et en ce qui me concerne, je ne vais pas être trop exigeante, juste que ça continue,  avec par ci par là des petites joies pour agrémenter le quotidien.

La solitude, tout ça, bof ! après tout je la vis pas si mal que ça.
Avec le temps je m’y suis faite.
Loin des histoires des uns et des autres, du superficiel, des reproches, et des critiques. Je vis dans la paix et la sérénité.
En ces temps plus que moroses d’un monde qui change, c’est très bien comme ça !

BA2013
Je vous souhaite une bonne année 2013 !

Pas « de bonne résolution » cette année

Comme toutes mes bonnes résolutions et objectifs de l’année dernière sont tombées à l’eau, ou ont échoué malgré mes efforts, pas de résolution en ce début d’année 2009.

Je vais continuer à vivre comme d’habitude au jour le jour en essayant de m’en sortir. C’est déjà pas mal.

Et pour ce qui est des bons voeux d’usage, bonheur, santé, argent pour tout le monde… Je ne crois pas aux miracles, alors !

Mes voeux à moi : du pognon !

Cette année je n’ai pas fait un bombardement général de carte de voeux à mon carnet d’adresses comme les années précédentes, je l’ai dit[1]. Mais ça ne m’empêche pas d’avoir des souhaits pour tous que voici :

Je souhaite qu’il n’y ait plus de pauvreté[2], que chacun ait un toit et de quoi manger tous les jours … et que ceux qui sont en âge de travailler aient du travail en fonction de leurs compétences.

Bref Je souhaite, comme mon pote Patrick, 54 ans, ingénieur, devenu SDF[3], du pognon, du pognon, du pognon à tous, parce que sans pognon on ne peut rien faire, ni se loger, ni manger, ni se soigner, ni se vêtir, et ni chercher du travail quand on n’en a plus, parce que pour ceux qui ne le savent pas, chercher du travail a aussi un coût, faut arrêter de rêver[4] !

Voilà, et bonne année à tous !

Notes

[1] J’ai bien sûr envoyé mes voeux à quelques personnes ciblées et j’ai répondu à ceux qui ont été plus rapides que moi …

[2] Petit rappel : La pauvreté n’est pas une tare de naissance, personne n’est à l’abri de basculer un jour, même le plus riche. Un accident, une catastrophe naturelle, un problème de santé, un licenciement, un dépôt de bilan, une faillite, un divorce, un décès … j’en passe, un petit rien suffit.

[3] N’oublions pas que les garanties demandées par les bailleurs sont disproportionnées par rapport à la situation des gens, et que le problème de logement n’est pas du au manque de logements, mais bien aux exigences des bailleurs.

[4] C’est le serpent qui se mord la queue, sans travail, pas d’argent ; sans argent, pas de logement donc pas travail.