Tattoo moche recouvert

Fifille et moi nous avons au moins un point en commun que l’on partage. Nous  aimons les tatouages , dans la mesure du raisonnable bien sûr !

Fifille avait un tatouage très moche sur l’épaule depuis pfff un bail qu’elle souhaitait faire recouvrir.

La chose étant faisable par mon tatoueur graphiste préféré, histoires d’encres, rendez-vous a donc été pris chez lui.

La  discussion sur le graphisme a été longue. Il fallait que ça colle avec l’idée qu’avait en tête Fifille…  essais sur l’épaule,  à l’écran, dessins sur papier, montage de calques…  mais ça valait le coup.

Le choix du graphisme décidé, allez hop au boulot ! Là il a fallu de la patience, le tatouage a été assez long à réaliser, mais fifille n’a quasi rien senti …

Et voilà le résultat ! Chouette non ? Enfin nous on aime c’est l’essentiel 🙂 Quand toutes les traces de calques seront parties, il sera parfait.

Et hop on protège tout ça pour sortir.

Suis jalouse, j’en veux un moi aussi sur l’épaule. Je sens que je ne vais pas m’arrêter à mes 3 tatouages  moi 😉  Ben quoi !

Coup de blues post confinement

Ça fait 2-3 jours que ça ne va pas du tout, mais alors vraiment pas. A fleur de peau, l’angoisse qui me tenaille le ventre, cette envie de pleurer qui me monte en permanence et ce malaise qui m’envahit partout où je vais. Mais que fais je là ? vite, maison, m’enfermer !

Je croyais en avoir fini avec ça, cette putain de dépression. Et bien non,  ça m’est retombé dessus d’un coup comme ça sans prévenir, brutalement, alors que je ne m’y attendais pas du tout. Les choses de la vie de l’après confinement ont frappé dur.

Attristée d’abord par le fait qu’une copine retraitée a du quitter son  logement pour aller vivre provisoirement chez ses enfants loin de chez elle le temps de regagner le « de quoi vivre » perdu pendant le confinement et aussi le temps de retrouver un peu de dignité.
Attristée aussi  d’apprendre le décès d’une  connaissance atteinte par le  Covid .
Attristée d’apprendre ce soir  qu’une amie ne peut toujours  pas voir sa maman qui est dans une  EHPAD transformée en prison et dont les connexions Internet ne fonctionnent même pas.
Attristée de savoir qu’une autre amie pas au top de sa santé va devoir partir dans l’est pour vider la maison d’une se ses proches décédée du Covid il y a 2 mois.
Attristée par le comportement injustifié de certains proches à mon égard…

Et je ne parle même pas des portes tristement fermées de magasins qui ne rouvriront plus jamais pour cause de faillite.

Et au milieu de tous ça, il y a tous ceux qui se foutent de ce virus mais à un point, ça fait peur !

Et puis  il y a aussi  ces examens de contrôle de santé en hospitalisation reportés de 3 mois qu’on finit par faire et dont on n’attend rien d’autre du chir qu’un habituel, il n’y a rien de grave pour le moment, on continue les traitements et  on se revoit dans 2 ans…
Et bien non, cette fois paf la claque !  pas de « on se revoit dans 2 ans« , mais un « faut qu’on fasse des examens complémentaires rapidement, mais on ne peut malheureusement  pas dans l’immédiat, le seul hôpital qui fait ça est surchargé à cause du covid, on va devoir laisser passer l’été mais  on prend Rv dès maintenant pour programmer tout ça en septembre, va falloir opérer« .

Mais mais mais ….

10 ans qu’il me suit ce chir. C’est la première fois qu’il ne me dit pas « c’est pas grave« .

J’avoue, j’ai pas bien pris la chose surtout que je ne m’y attendais pas !

Putain mais merde, j’en ai ras la casquette, chaque fois que j’ai un truc quelque part, ça finit toujours pas une opération !  J’en ai marre, mais j’en ai marre !

Et voilà badaboum, mon moral s’est écroulé, je me sens terriblement seule, je n’ai plus aucune patience, ni tolérance envers personne.
Me suis engueulée avec la voisine, je ne supporte plus ses commérages et ses psychotages  incessants dès que des visiteurs franchissent l’entrée de l’immeuble, son racisme surtout  ! c’est intolérable.
Je ne supporte plus l’insouciance des gens face à la circulation de ce putain de virus.
Je ne supporte plus ces crados qui balancent leurs saloperies dans l’espace public.
Je ne supporte plus rien !

Tout se mélange, je suis lasse, fatiguée. Le monde d’après est encore plus pourri qu’avant !

Oui je suis déprimée. Besoin de bienveillance…

Bande de pollueurs dégueulasses !

Rien de changé après le confinement, les pollueurs dégueulasses sont de retour !

Il y a quelque chose que je ne comprends pas et que je ne comprendrai jamais. Comment peut-on jeter ses détritus n’importe où dans les lieux publics  ? Bon sang la nature n’est pas une poubelle !

Mais qu’est-ce que ces gens ont appris ?  que leur ont appris leurs aînés ?  A jeter leurs ordures dehors par terre  ?

Ils fument  en se baignant  et  ils jettent leur  mégot dans la mer.  Ils boivent un coup sur les berges d’un fleuve et ils laissent les bouteilles vides en partant. Ils mangent sur un banc et ils balancent emballages et canettes sur le sol. Ils pique-niquent dans un parc et Ils abandonnent leurs saletés sur la pelouse…

Le voisin du dessus en a marre de son chewing-gum, et hop par la fenêtre la chose bien collante avec atterrissage bien sûr sur la rambarde de mon balcon.  Ça c’était la semaine dernière et ce ne sont pas des jeunes qui habitent au dessus de chez moi. Sic !

Et les masques, et les gants !   oh les gens  franchement ! Vous avez perdus la tête ou quoi ?  Vous êtes vraiment des crades irrespectueux, dangereux en plus !

Et tout ça finit gentiment dans la mer…   Et après on va parler d’écologie, pfff !

Ce qui est malheureux c’est que ce n’est pas nouveau ce comportement d’après confinement, c’est tout le temps. Il y a qu’à voir dans quel état on retrouve les plages le matin en période estivale.  Lamentable !

Le tour de mon ancien quartier aussi n’était pas mal ! Contente d’avoir déménagé tiens !

M’enfin c’est quoi ces gens ? Ils  ne peuvent pas avoir une petite poche dans leur sac pour rassembler leurs détritus avant de quitter les lieux où ils festoient ? Ils  ne peuvent pas jeter leurs merdes, papiers gras, canettes, mouchoirs, emballages, mégots proprement dans une poubelle de rue, ou  à défaut d’en trouver sur place dans la leur chez eux ?  C’est quand même pas compliqué de respecter notre environnement et de le laisser propre.

Est-ce que dans leur habitation ils balancent leurs ordures sur le sol au milieu de leur salon ? Non bien sûr.  Alors pourquoi ils le font à l’extérieur ?

Bande de dégueulasses mal élevés  ! Moi ça me choque.

Et dire que des lois existent contre ces incivilités environnementales et qu’elles ne sont même pas appliquées. pfff désespérant !

Le monde d’après est décidément pire que celui d’avant !

 

Mon dernier tatouage, la liberté pour l’éternité

Allez hop voilà  un nouveau tatouage sur mon corps. C’est mon troisième.

J’ai une salamandre qui grimpe sur mon mollet depuis pas mal d’années déjà.MINOLTA DIGITAL CAMERAJ’ai une branche de mûrier en fleurs sur mon avant bras droit qui marque ma renaissance après une longue période pourrie.

Et maintenant, pour marquer cette fin de confinement … non en fait ce n’est pas la raison,   j’ai fait tatouer le mot  « Liberté »  pour l’éternité sur mon bras, avec une montgolfière pour appuyer cette sensation ! Et oui, ce tatouage me titille surtout depuis que je suis à la retraite  tellement je suis heureuse de cette liberté enfin gagnée.

Liberté parce que je n’ai plus de compte à rendre ni à un employeur, ni à Pôle emploi, ni à aucun de ces organismes liés à la « vie active ».
Liberté parce que je peux être enfin moi-même, plus de rôle à jouer, plus de paraître.
Liberté parce que je peux aller/venir comme je veux, m’habiller comme je veux.
Liberté parce que je peux m’exprimer comme je veux.
Liberté parce qu’en plus je n’ai pas de contraintes de vie de couple, pas de concession à faire.
Liberté parce que si je veux rester seule, je reste seule. Vivre seule est un luxe.
Liberté parce que je peux faire ce que je veux, quand je veux, où je veux, et surtout rien si je veux.
Liberté parce que je peux fréquenter ou pas qui je veux, recevoir ou pas qui je veux.
Liberté parce que je choisis mon mode de vie.

C’est Histoires d’encres à Sète qui a réalisé le graphisme. Très à l’écoute le jeune homme, je suis contente du résultat.

Ah oui comment fais-je en cette période pour me baigner quand même avec un tatouage tout frais ?
Et bien j’applique dessus un film adhésif  de la marque Tegaderm Roll. Ça s’achète en rouleau de 10x2m à la pharmacie.  C’est imperméable, ça tient très bien et avec ça je peux faire du longe-côte tranquille.
Si je ne vais pas dans l’eau, je protège mon tatouage  du soleil avec le stick Easytattoo Extreme Sunblock.
Et pour les soins ordinaires de préparation de la peau avant et de cicatrisation après, j’ai un pot de Hustle Butter DeLuxe.

Encore une plage tranquille

A Sète nous avons la chance d’avoir un lido de 12 km entre mer et étang où l’on trouve de belles bandes de plages avec de l’espace pour s’éparpiller.

Il y en a pour tous les goûts, avec paillotes (bon pas en ce moment) ou sans,  avec camping ou sans, avec parkings à proximité, les uns payants, les autres gratuits, ou encore  avec accès uniquement à vélo ou à pieds.

En ce premier long week-end de dé-confinement, comme les familles se précipitent, et c’est bien normal,   vers les plages du lido et de la baleine plus faciles d’accès en voiture, avec une copine nous avons préféré pour plus de tranquillité aller encore plus loin qu’en début de semaine  pour nous baigner. Et cette fois nous sommes parties des 3 digues pour marcher jusqu’à la plage naturelle du Jalabert, la plus sauvage de Sète.

Pour se détendre dans le calme c’est vraiment l’endroit rêvé. Il serait dommage que l’on nous prive à nouveau de cet espace naturel à cause de quelques indisciplinés.

Dé-confinement : Premier bain de mer

Oh joie ! ça y est j’ai pris mon  premier bain de mer ! Mais quel bonheur, mais que ça fait du bien de pouvoir enfin refaire trempette librement. et profiter de cette chaleur presque estivale.

Une petite marche aquatique en maillot avec 2 copines -marche d’environ 4 km me dit mon podomètre- et plouf ! Je n’ai pas pu résister …

Alors elle est bonne ?  Et bien oui ,  malgré une température de  18°, elle est bonne.  Ce premier bain était vraiment très très agréable et vivifiant.  J’étais vraiment bien dans l’eau. Mon corps me remercie.

Ceci dit, vous ne m’empêcherez pas de penser qu’il était complètement absurde de nous  interdire l’accès à cette plage là pendant ces 2 derniers mois !! Même dé-confinée elle n’est pas surchargée de monde vue l’étendue. Question distanciation physique c’est toute l’année !

Dé-Confinement : Mes masques en tissu

Et bien voilà on peut dire que je suis parée question masques en tissu pour ce début de dé-confinement.

J’ai reçu mes 3 premiers masques le 23 avril, cadeau de la nounou de mes petites-filles. Je l’en remercie grandement.  Réalisés d’après les patrons de l’AFNOR, finis avec des rubans pour les oreilles, ils sont très confortables.  Mon préféré est le rouge « à plis », tout doux, il est très agréable à porter. ❤

J’ai acheté les suivants à une couturière de Sète, un pour ma voisine, un pour moi. Il a fallu 15 jours de délai. Mouais bof, grosse déception, taillé un peu grand, élastiques non finis à nouer soi-même, étouffant, pas top du tout.  Je préfère nettement le violet de la nounou au même format « bec de canard » et mieux fini. Je ne le mettrai pas souvent celui-là.

Ensuite, la Mairie de Sète nous en a donné 2 dimanche dernier juste avant le jour J de dé-confinement. En forme de bandeau, ils sont un peu chaud. Ça ira pour les journées fraîches et pour  cet hiver si le cirque continue. La Mairie va nous en envoyer par la poste 2 autres commandés ceux-là en groupe avec le Département.

En tous les cas merci à notre Maire pour la démarche.

Et j’ai reçu mes deux dernières acquisitions  hier, réception rapide. Ces masques en tissu homologué par l’AFNOR viennent de Cannes.  Ils sont confectionnés par la soeur d’une blogopote, Elodie Farrugia . Elle les finit avec un petit élastique sous le menton pour bien les maintenir.  En plus d’être jolis, ils sont parfaits à porter. Je les adore. ❤

Pour le moment  je n’irai pas en acheter d’autres. Je vais faire un roulement avec ceux-là.

D’autant que j’ attends  2 masques FFP2 et 2 autres de protection 3 couches réutilisables que j’ai commandé fin avril à une entreprise savoyarde.
Faut pas désespérer, je finirai bien par les recevoir,  ils m’ont envoyé un message cette semaine disant que la matière première qui arrive de Picardie à un retard d’acheminement, d’où le retard d’expédition.

J’ ai aussi réservé début avril des masque lavables et réutilisables à une maison médical à côté de chez moi, mais là  pareil, pas de dispo avant fin mai ! Sic !

Donc rien ne vaut le Home Made homologué AFNOR , là on était au moins sûr de les avoir en temps et en heure, avant les grandes surfaces, les pharmacies, et surtout avant les entreprises spécialisées qui n’ont pas encore reçu tous les masques certifiés !

Bref démerdons-nous entre nous braves gens !

Au fait une petite astuce contre la buée sur les lunettes quand on porte un masque : Frotter les verres avec du savon, essuyer avec la chiffonnette des lunettes sans rincer ; ou encore les laver avec de l’eau savonneuse,  ou du shampoing doux, laisser sécher à l’air ou essuyer avec la chiffonnette.

Voilà bon dé-confinement !

Confinement : Corps en souffrance

Depuis le confinement je ne fais plus aucune activité physique. Mes pathologies font que je ne peux difficilement faire autre chose que des activités aquatiques et comme l’accès plage a été interdit, la piscine aussi, normal, finis longe côte, marche aquatique et natation !

Je n’ai même pas profité de cette heure de sortie autorisée pour marcher un peu autour du pâté de maison.  Trop déprimant.

Du coup le peu de muscles durement gagné ces deux dernières années a fondu en un rien de temps. La graisse s’est installée  à la place accompagnée d’une belle prise de poids. J’ai perdu par la même occasion ce souffle que j’ai eu tant de mal à améliorer.

Mon corps s’en trouve en souffrance. Tous les bénéfices acquis pour ma santé grâce à mes activités aquatiques se sont envolés.

J’ai du mal à marcher, à monter les escaliers,  le moindre effort m’épuise,  je m’essouffle vite, je respire mal, mes os, mes tendons me font mal, je dors mal… Migraines, acouphènes décuplés, brûlures et douleurs sont mon lot quotidien. Mes affections ont repris le dessus. Saloperie !

Les sports aquatiques, la plage, étant toujours interdits, ça va être compliqué de retrouver cette forme perdue.

Heureusement, J’ai échappé jusque là au Covid-19, c’est déjà ça !

A partir de demain les distances ne seront plus limitées à 1km, chouette !  On va pouvoir se rejoindre avec les copines pour marcher un peu au moins à 2, en respectant les distances de sécurité entre nous bien sûr.  Avoir un but,  se voir,  s’entraîner à bouger, c’est ce qui manquait jusque là. Ça sera quand même plus motivant pour recommencer progressivement à rééduquer mon corps et ma respiration.

Il faut absolument que je me refasse une santé.

Dé-confinement : Rouverture ou Réouverture ?

Dans la série on en apprend tous les jours, et parce que je reçois un courrier avec le mot « Rouverture » , je me suis posée la question suivante :
Dit-on « Rouverture » – glurps ça me paraît bizarre- ou « Réouverture » – là ça me semble plus correct– ?

Du coup j’ai fait une petite fouille chez mon ami Gogole pour trouver une réponse.
Je passe les explications trop intellectualisées et je garde celle-ci simple et claire trouvée sur le site jaimelesmots , qui confirme ce que je pensais  :

De manière assez étrange et illogique :

  • « Ouvrir de nouveau » doit se dire « Rouvrir » et non « Réouvrir » !

On dit par exemple : « De nombreux restaurants auront du mal à rouvrir après le déconfinement lié à la pandémie de Covid-19 ».

  • Mais a contrario, le substantif correspondant est bien « Réouverture » et non « Rouverture », qui est un barbarisme

On dit par exemple : « La réouverture des magasins ne pourra se faire que de manière progressive ».

Voili, voilou, donc Gesim peut nous informer de la « réouverture » de ses locaux et non de leur « rouverture ».

Et oui  écrire – le préfet « rouvrira » la mer –  est correct, tout comme écrire – La « réouverture » de la mer Méditerrannée s’effectuera à certaines conditions à compter de lundi prochain-.  est aussi correct. (Ladepeche.fr)

En plus nous voilà informés des avancées de ce déconfinement progressif, haha !

Dé-confinement : Les petites criques sablonneuses du Sud

Le Premier Ministre voit les plages du sud comme de petites criques sablonneuses. Sic !

« Une plage de galets au Havre, très vaste, n’a peut-être rien à voir avec les criques sablonneuses du Sud de la France… « 

A croire qu’il n’a jamais mis les pieds dans le golfe du lion ma parole. De la frontière espagnole jusqu’aux calanques de Marseille, là aussi les plages sont vastes ! Sur les 180 km de la côte Améthyste s’étendent les plus grandes plages du Sud  avec des espaces encore sauvages. Pas de quoi se marcher dessus franchement !

Photos prises à différentes périodes de l’année, admirez la foule,  sic ! Plage de Saint Cyprien dans les Pyrénées-OrientalesLe petit Travers, au loin la Grande-Motte, Hérault

Le petit travers, vue de l’autre côté, tout là-bas Carnon, Hérault

Plage des Aresquiers, HéraultPlage des Aresquiers, côté Villeneuve-lès-Maguelone Hérault  Plage de la Baleine, Sète Hérault. Au loin le Cap d’AgdePlage du Lido, Sète Hérault

Vue des pierres blanches sur le mont Saint-Clair à Sète  : Le lido, une belle bande de plages de 13 km, avec au loin le Cap d’Agde côté mer, et  Marseillan côté étang

De septembre à mi juillet franchement c’est tranquille.  La plage c’est le lieu où l’on va quand on veut s’isoler en plein air.

Et l’été, les locaux ne sont pas des fous. Ils ne vont pas s’étaler à la plage en plein cagnard. Ils y vont le matin ou le soir, ou pour pratiquer la marche et des activités nautiques, et là il n’y a pas entassement.

Donc comme tous les événements estivaux sont annulés, que les paillotes sont fermées, que les touristes ne peuvent pas aller au delà de 100 km, qu’ils ne peuvent même pas venir occuper leur résidence secondaire, et que les locations saisonnières sont interdites, il n’y aura certainement pas cet été d’effet lézards collés/serrés sur le sable près des paillotes aux heures les plus chaudes.

Alors, à propos de l’ouverture des plages ou non, toutes les critiques hargneuses et culpabilisantes de ceux qui ne vivent pas sur  le littoral, qui ne vont pas à la plage,  et qui n’ont aucune idée de comment ça se passe sur place, franchement, pfff  !! Laissez les locaux respirer, et les Maires gérer leur commune.  Nous risquons beaucoup moins à marcher sur le sable sur de telles étendues qu’à aller faire ses courses en centre ville où l’on croise nettement plus de monde au km².

Ah si ! Nous risquons qu’un gabian nous chie dessus !

Je rappelle quand même qu’une fois enlevés la surface de la mer, des plages, de l’étang et de ses abords en ce qui nous concerne, et des espaces verts naturels, il ne reste plus beaucoup de surface où circuler dans le périmètre autorisé, d’où une plus grande densité de population en balade ou en courses au même endroit. C’est pas un plus grand risque de propagation ça !?

Tout ça est complètement absurde !

Depuis 2005, blog exutoire à l'ancienne avec des tranches de vie et des humeurs rangées dérangées et dérangeantes dedans